Exposition : L’« imaginarium » d’Idah Razafindrakoto explore les villes d’Afrique

l’artiste durant le vernissage de l’Imaginarium au Cameroun.

Dessinatrice, bédéiste, carnetiste, la jeune Idah Razafindrakoto a plus d’une corde à son arc. Des talents qui lui permettent d’aller à la conquête de l’Afrique et de l’Europe depuis presque deux ans. En ce moment,-même, son exposition « Imaginarium » trône à l’Institut français de Cameroun.

Mettre son talent au service de l’environnement, Idah Razafindrakoto le fait bien ! Le troisième art s’avère être un intéressant pour servir sa cause environnementale qui lui tient tellement à cœur.  Actuellement, la jeune femme  tient son exposition baptisée Imaginarium au sein de l’Institut Français du Cameroun à Yaoundé.

Variante.  Il s’agit ici de la onzième édition de la  série d’expositions de dessins qui a vu le jour en 2016 à Antananarivo qui, par la suite, a été manifestée dans neuf pays différents. Inspiré à partir d’un vécu et d’un vu lors de l’exploration de la ville de Yaoundé, ses dessins évoquent une nouvelle fois le symbolisme végétal. Variant d’un pays à un autre, l’Imaginarium change en fonction des paramètres disponibles dans la ville concernée.

Nature. Pour sa part, l’Imaginarium à Yaoundé, est une exposition qui s’est concrétisée à l’issue d’une résidence au Cameroun, et qui se tend vers une optique à alimenter les sentiments d’appartenance des gens de Yaoundé, les citoyens et résidents, en leur proposant une nouvelle relecture de la capitale du Cameroun. Il s’agissait ici de produire une vingtaine d’œuvres illustrées issue d’une résidence et multiples explorations en y relatant des espaces réels dont les monuments, rues communes, marchés, gares… en mettant en exergue la nature.

Enjeux. Plusieurs messages peuvent se laisser entrevoir, tels que les enjeux de la gouvernance des ressources naturelles, les dangers de la pollution des sols, la nécessité de la participation citoyenne en vue de la préservation de l’environnement, la valorisation des espaces verts ou encore les avantages écologiques dont disposent la ville de Yaoundé, étant donné la fertilité de ses sols et de son climat incroyablement aisé. Le tout est accompagné de trois ateliers pour jeunes publics pendant la semaine qui prendra fin le 30 avril.

Zo Toniaina

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.