Portrait : Arison Vonjy ou le perfectionnisme incarné

Arison Vonjy ou le perfectionnisme incarné.

Perfectionniste jusqu’au bout des doigts, j’aime prendre mon temps pour faire les choses non pas comme il se doit, mais du mieux que je peux. D’ailleurs, la préparation de mon dernier grand concert, celui que j’ai donné à l’American center, m’a pris deux ans. Je suis un éternel amoureux de la nature, c’est d’ailleurs pour cela que je travaille dans le domaine de l’environnement. Je ne suis pas du tout matinal et ne le serai probablement jamais. Par contre, de l’optimiste, j’en ai à revendre. Qui suis-je?

Il y a plus de 30 ans. Son amour de la musique remonte à bien plus loin qu’on ne le pense. Alors qu’il n’était encore qu’un petit gamin, Arison Vonjy était monté sur scène avec son frère. L’interprète « Misalasala » nous raconte. « A l’époque, j’avais 10 ans. Mon frère se produisait au Rasalama. Je n’étais là que pour le seconder ». Pour lui, les choses sérieuses ne commencent qu’en 1987. Il participe au concours « top 16 ». Il a fallu de peu et il aurait eu la première place. En 90, il tente  à nouveau sa chance mais cette fois, à Découvertes Rfi. Sa performance séduit le jury. Il est sélectionné pour la finale. « Dans ces temps-là, les finalistes se comptaient au nombre de 15. J’étais l’un d’eux ».

Parmi les « Grands ». La plupart des artistes qui débutent ne savent pas encore tellement où mettre les pieds. Ils s’essaient à tout avant de trouver leur identité et leur style. Rasoloarison Vonjisoa de son vrai nom, n’a jamais été confronté à ce problème. Ambitieux, très ambitieux même, musicalement parlant, notre homme a su, avant même qu’il ne débute, sur quel pied danser. Faisant preuve d’une grande assurance, il a emmené le fruit de ses recherches dans ses deux prestigieux concours, auxquels il a participé et ébloui les membres du jury. Très discret, celui qui animait autrefois l’émission « Salohy » avec Tselonina et Tsilavina Ralaindimby avec cette même musique, le funky, mélangé au jazz avec en plus cette touche perso qui le singularise, se hisse une place parmi les « grands ». Sa musique n’est pourtant pas au goût de tout le monde. Seuls les mélomanes avertis l’apprécient et cela lui suffit. Ce qui l’intéresse, c’est faire de la bonne musique, pour l’amour de la musique et se surpasser, encore et encore.

Perfectionniste et ambitieux. Des adjectifs qui reviennent souvent quand on évoque le nom d’Arison Vonjy, même quand il n’en était encore qu’à ses débuts. « Quand j’ai une idée en tête, j’aime  penser qu’elle soit concrétisée de la manière dont je l’ai pensée et non à peu près ». Et plus important encore, il ne laisse jamais le côté commercial devenir un obstacle à son ambition et à sa musique. Si Arison Vonjy a réussi jusqu’à présent, à s’imposer.
Mahetsaka

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Un Commentaire - Ecrire un commentaire

  1. Merci Arison Vonjy anisan’ny mpankaky anao ny tenako.Mankalaza hatrany sy mankahery hatrany e!

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.