Culture : « Lampogno Agnalanjirofo » prône le « basesa »



Jacaranda
Les artistes chantent « Somariaka. »

Coco Jean Freddy Junior, Christin Egeba Est, Jean Kely, Nantenaina, Oza Jérome, Kapepeky, ce beau petit monde sera à l’affiche du « Lampogno Analanjirofo midola basesa ». Pour les connaisseurs, ce sont les incontournables du genre

Pour bien aimer, il faut d’abord commencer par les siens. C’est justement le but premier du « Lampogno Agnalanjirofo midola basesa ». Oui, ce genre musical qui fait la fierté de la zone Est de la Grande Ile et que les artistes veulent partager à grande échelle. Pour ce faire, les natifs de la Région se donnent rendez-vous au mois de septembre au cœur de Tanà. Le 7 septembre, le PK0 accueillera les artistes et les Vip. Quant au grand public, c’est au Lycée technique Alarobia que se tiendra le grand bal avec une pléiade d’artistes le 9 septembre. L’essentiel se résume au Clip « Somariaka », medley de plusieurs titres des chanteurs participants.

Relève. Avec une affiche éclectique, l’on peut citer Jean Freddy Junior, Christin Egeba Est, Jean Kely, Nantenaina, Oza Jérôme et Kapepeky. Trois générations de chanteurs main dans la main pour parfaire ces deux appointements. D’après les dires de Christin Egeba Est, « nous sommes en train de passer le flambeau à ces jeunes artistes. Nous avons fait notre temps certes, mais cela ne nous empêche en rien de préparer la relève comme il se doit ». Pour sa part, Oza Jérôme de rassurer : « Je tiens à ce qu’ils reprennent mes chansons plus tard, car l’art et la musique n’est pas à confiner. Au contraire c’est à partager et c’est ce que nous sommes en train de faire» lance-t-il.

Langage universel. Pour cette année, quatre districts, Foulpointe, Vavatenina, Fénérive Est et Soanierana Ivongo se rallieront à la même cause. D’après Nantenaina, porte-parole des artistes, « la musique reste incontestablement le meilleur moyen de rassembler les gens. Nous voulons tout d’abord semer l’amour du « Basesa » dans le cœur des natifs, et dans le cœur des Malgaches car c’est propre à nous. La religion, la politique, les opinions divergentes divisent mais c’est la musique qui nous unit tous. Il est important de connaître les cultures respectives de chaque région pour établir un respect mutuel » ponctue-t-il.

Zo Toniaina

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.