Rija Emadisson : Les « victimes » s’exposent à l’AFT



Jacaranda

Toute une histoire en 18 photos. C’est ce que Rija Emadisson, photographe, raconte en photos à l’Alliance Française de Tanà, à l’occasion d’une expo ouverte au grand public jusqu’au 1er septembre. Si le titre, « victimes » est évocateur, les photos le sont moins. En noir et blanc, et avec une touche très artistique, on croirait presque que ce sont des tableaux de décoration. Car malgré les difficultés, les visages, les traits et les personnes photographiées semblent heureuses. Le paradoxe peut-être des Malgaches, qui savent trouver du réconfort même dans les situations les plus difficiles. Et pourtant, l’histoire est triste. Ce sont des scènes de vie dans les camps de fortune érigés après le passage des cyclones Enawo, Chedza, Fundi… des vents et des pluies qui ont rendu des centaines de personnes sans- abri, obligées de vivre dans la promiscuité totale. « Les Malgaches oublient vite » dit-il. « Voilà pourquoi j’ai voulu raconter cette histoire. Le sinistre, les secours, le bilan, l’inconscience, la quarantaine, la convalescence, le relèvement, les infrastructures sanitaires, la reconstruction… et mêle la mort » relate Rija. « Et puis, ces instants presque teintées d’insouciance, très insolites, comme ces enfants qui ont pris les condoms distribués gratuitement pour éviter les grossesses précoces et les maladies sexuellement transmissibles, et qu’ils ont tout simplement soufflé pour ensuite jouer avec! » ajoute-t-il. En tout cas, ces photos qui retracent les aides humanitaires montrent justement cet aspect humain des victimes, et même des généreux donateurs, parfois des ONG, des associations ou des particuliers, qui essaient d’améliorer ne serait-ce que pour quelque temps, le quotidien de ces « victimes ».

Anjara Rasoanaivo

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.