Peinture : Famille Raparivo, le pinceau se transmet de père en fils



Jacaranda
Inspiré par les œuvres de son père, il continue de brosser la toile.

C’est en forgeant qu’on devient forgeron, ainsi c’est aussi en peignant qu’on devient peintre ! Depuis deux générations, les Raparivo ont cultivé leurs talents.

L’exposition de peinture de la famille Raparivo a débuté hier et ne se terminera que le 14 septembre. Plus d’une vingtaine de tableaux sont exposés. « Peintre conservateur classique », paysagiste Roland Raparivo emploie le troisième art comme mode d’expression. Fasciné par les œuvres de Jean Baptiste Camille Corot et de Rembrandt, il devient l’un des parrains de la peinture impressionniste de l’époque contemporaine à Madagascar. Jalousement gardée, la technique picturale des Raparivo illustre la « science de la beauté ».

L’année dernière, médaillé Grand officier de l’ordre malgache, R.R Raparivo décide de prendre un certain recul. Son fils Tiana Raparivo prend le relais. Inspiré par l’œuvre de son père, il continue de brosser la toile. Son style est un subtil mélange de classique et de modernisme. Toutefois il a gardé la base enseignée par son père.

Né le 5 octobre 1960, alors que la photographie est en plein essor à Madagascar, Tiana Raparivo a suivi les traces de son père. Très vite, il y prend goût.

« La peinture malgache a sa place et elle est compétitive, il faut la mettre en valeur » affirme Tiana. Raparivo. Histoire de suivre le courant, Tiana Raparivo se lance dans la vente en ligne. Un moyen efficace pour permettre au public d’accéder à ses œuvres. « L’artisanat malgache séduit les touristes » dit-il. Actuellement, pour valoriser la peinture malgache, il faut la faire connaître. La vie quotidienne résume l’œuvre de l’artiste. L’image témoigne de l’identité d’un pays ou d’une Nation.

Iss Heridiny

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.