« Hira Gasy Makotrokotroka » 9e édition : « Rasoahasimanga Berthine » grand vainqueur



Jacaranda
Le benjamin de la troupe « Rasoahasimanga Berthine » reçoit la coupe sur les épaules des membres de la « Compagnie Ramadison. »

Après des luttes et des coups, la troupe « Rasoahasimanga Berthine »  a finalement remporté la  neuvième édition du concours de musique folklorique « Hira Gasy makotrokotroka »

Rideau sur la neuvième édition du « Hira Gasy makotrokotroka ». Le trophée est allé à la troupe « Rasoahasimanga Berthine  zaza navela » après un match moins serré que d’habitude pour une note de 13,1/20 pour le gagnant contre 11/20 pour « Ramadison Anosimanjaka ».

Euphorie. Hier après-midi, malgré le froid, le jardin d’Ambohijatovo a été animé par une foule euphorique. Avec une météo assez clémente, « Ramadison Anosimanjaka » ouvre les festives. Hommes et  femmes ont investi le « kianja » pour une heure et demie de  spectacle non-stop. Entre les chapeaux de paille et les « malabary » parés de « lambahoany », les hommes entrent en scène pour tâter le terrain. Après quelques coups de baguette, c’est au tour des femmes de faire leur entrée. Habillées différemment, elles semblent être des fleurs aux multiples couleurs du jardin d’Ambohijatovo. « Rehefa tsy voa ianao dia mahay miresaka », tel a été le titre de leur « renihira ». Moins de politique, plus de comparaison entre riche et pauvre, le sujet a surtout tourné autour de cette éternelle injustice entre ces deux mondes. En tout cas, arriver en finale a déjà été une grande victoire en à peine six mois de création de la compagnie et pour une première participation au concours.

Haut la main. En seconde partie entre alors « Rasoahasimanga Berthine  zaza navela ». Jouant dans les normes, la troupe a respecté les quatre-vingt-dix minutes  de « shows ». Les premières notes de leur « renihira » « Izay ataonao rehetra dia misy mpanohitra » résonnent alors. Cette fois, la compagnie s’est montrée agressive dans les paroles comme le veulent les joutes oratoires. Si les thèmes ont été presque similaires, « Rasoahasimanga Berthine  zaza navela »  a eu un côté plus exubérant et plus explicite que son adversaire.  Le sujet tabou de l’homosexualité a été même mis sur le tapis. Du côté « Vako-drazana », les jeunes danseurs ont démontré plus d’agilité et d’originalité. Ce qui leur a permis de remporter la coupe haut la main. Vivement l’année prochaine pour une nouvelle édition !

Zo Toniaina

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.