Solidarité des artistes : Enorme élan du milieu culturel en faveur de Fanaiky .



Jacaranda
Fanaiky, l’un des meilleurs bassistes de Madagascar

Chaque minute compte, le bassiste légendaire Fanaiky attend son évacuation en Inde pour une greffe du rein. Son état permet encore tous les espoirs mais l’urgence se fait pressante, un grand mouvement de solidarité est engagé à Madagascar et ailleurs.

«Il reste des bilans à faire afin que les médecins puissent fixer un programme pour l’évacuation de Fanaiky. Quand tous les résultats seront compilés, cela nous indiquera  également l’intervalle de temps qui nous reste  pour l’évacuer en Inde », annonce Rentiharimalala Hajarisoa Lalaina Rabemiaramanana, la femme de Fanaiky. Hier matin, les jambes de ce bassiste de légende, qui se trouve en soins intensifs, ont  enflé à cause de son insuffisance rénale.

Cela n’entame en rien le moral de cet homme éternellement amical même sur son lit d’hôpital. Les soutiens des proches, des amis et des compagnons de scène sont nombreux. Chez la diaspora malgache, le message est vite passé. Des récoltes de fonds sont lancées en France. Un concert de solidarité des artistes basé sur le sol français aura lieu le 21 septembre à Villebon sur Yvette. A Antananarivo, les initiatives ne manquent pas. Rien que pour le week-end, au moins deux évènements de soutien vont se tenir dans les cabarets et salles de concerts de la capitale.  Toamasina suit aussi la vague.

Des soins à 4000 km. D’autant que l’intervention en Inde est devenue l’unique option. « C’est vrai que l’Afrique du Sud est plus proche. Mais les coûts y sont deux fois plus élevés », fait savoir Rentiharimalala Hajarisoa Lalaina Rabemiaramanana. Aux bas mots, le montant total nécessaire pour réaliser les soins, à savoir une greffe, s’élève à 70 millions d’ariary. Dans la Grande Île, une vie d’artiste, même de la pointure de Fanaiky, peut difficilement faire face à ce genre de dépenses imprévues.

Rolf Razafindrakoto, chef de file de Voots Kongregation, est l’un des plus actifs dans le mouvement de soutien engagé actuellement. Dès que la maladie de Fanaiky a été rendu publique, il a lancé un appel de levée de fonds à tous les artistes. « Beaucoup ont répondu, les musiciens, les groupes, les producteurs. Des formations comme Apost vont participer au concert de solidarité. Nous espérons maintenant que nous aurons la possibilité d’organiser deux concerts à Antsahamanitra », se confie- t-il.

Parcours atypique. Fanaiky, le bassiste qui a su s’adapter à tous les styles. Connu surtout pour être un fidèle de Poopy dans les années 90, il a également accompagné les meilleurs comme Jaojoby, Din Rotsaka… Pour cette année, l’une de ses apparitions les plus étincelantes a été lors du concert de son groupe fraternel, Solomiral, au Cercle Germano Malagasy en janvier.

Difficile de ne pas le mettre sur le podium des meilleurs bassistes de Madagascar. Grand musicien et multi instrumentiste, ce virtuose est à l’aise derrière n’importe quel instrument. : Batterie, synthétiseur, percussions… il dégage avec fierté, cet archétype du génial musicien malgache autodidacte. Qui ensuite a pu imposer un style propre et unique.

Les jeunes jazzistes du pays le vénèrent, un aîné pour certains et un modèle pour d’autres. Ce style de jeu qui ne se confond jamais, avec une maîtrise parfaite du tempo. Personne n’a jamais vu ou entendu Fanaiky faire une fausse note ou manquer même un demi- temps sur scène. Sans doute, son parcours avec Tôty, un monument de la musique malgache, a renforcé cette rigueur musicale.

Maminirina Rado

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.