Palais des Sports : AmbondronA, un rock band toujours au top

AmbondronA toujours en haut de la vague. 

Comme il fallait s’y attendre, AmbondronA a rempli comme il faut le Palais des Sports de Mahamasina, hier après midi. Que ce soit dans la salle qu’au dehors, la fête était complète.   

Vers 15 h, les lumières s’allument, comme sortant de terre et illuminant fiévreusement une scène vers laquelle les yeux d’un Palais des Sports de Mahamasina plein à craquer convergent. AmbondronA débarque sur le plateau, les cris hystériques des demoiselles en première ligne dans la fosse annoncent le début du concert de la bande à Beranto. Ce rituel est devenu l’image de marque de ce groupe né dans les hauteurs de la capitale. De jeunes gringalets aux traits du visage marqués à leur début sur des clips comme « Sao heverinao ». Ils sont maintenant des superstars qui remplissent 35 000 places sans effort.

« Les premiers groupes de spectateurs sont arrivés dès huit heures. En voiture, à papier, mais toujours en groupe », relate Célestin Randriambola, vendeur à la sauvette sur le grand parking attenant au Palais des Sports. Pour ce petit commerçant de cigarettes, petits bonbons, recharges de crédit… AmbondronA est l’un des meilleurs créneaux d’affaire. « Ce sera toujours sûr que les places seront occupées. Et dehors, c’est également la fête. Puisque le groupe attire surtout les jeunes demoiselles », ajoute-t-il. Célestin Randriambola ne chôme pas. Depuis la matinée, il a déjà dépassé son chiffre d’affaire habituel.

Chanteurs d’espoir. Sur scène, tandis que Kix, le chanteur du rock band, enfile sa guitare, le spectacle n’en est qu’à ses débuts. Comme à son habitude, la formation est peu bavarde sur scène. Quelques phrases avant chaque morceau et les riffs reprennent. Meilleurs moments du spectacle, quand le titre « Havaoziko » est entonné comme si c’était la première fois. Dans une communion parfaite entre le groupe et son public, c’est là la signature AmbondronA. Des chansons toujours teintées d’espoir et de fidélité. Avec des lignes mélodiques simples mais capables de déplacer des montagnes d’émotion. La maîtrise musicale de la bande est la cerise sur le gâteau.

Les cris des fans dans la fosse sont entendus sur le parking. Nasolo Andriantokiana, père de famille, la quarantaine révolue, venu passer les vacances à Antananarivo avec sa petite tribu attend deux de ses filles et leurs cousines. « Sûrement, ce concert va durer trois heures. Nous venons d’Antsirabe et nous allons aller en bord mer, mais les filles ont insisté pour voir ce concert », annonce-t-il. Il a eu bien raison parce qu’AmbondronA et ses fans ne se sont séparés que vers 20 heures. A la sortie, c’est presqu’une marée humaine qui a investi en quelques minutes le parking. Klaxon, embouteillages, Célestin qui court partout… apparemment, ce spectacle n’a pas été un rendez-vous raté.

Maminirina Rado

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.