Stade annexe Mahamasina : Les ordures laissées après « Loko race » pointées du doigt

Une des photos diffusées du stade annexe de Mahamasina quelques heures après la fin de « Loko race ».

Après la ripaille à grande échelle de dimanche, l’évènement « Loko race » s’est retrouvé sous les feux des projecteurs suite à des photos diffusées sur les réseaux sociaux mardi. Des ordures laissées par les fêtards ont envahi le stade annexe Mahamasina.

Les photos du stade annexe de Mahamasina, submergé par les ordures laissées après l’évènement « Loko Race » dimanche, ont vite fait le tour des réseaux sociaux. Dès leur publication, mardi, la nouvelle s’est vite propagée. Les réactions ne se sont pas fait attendre, surtout venant des internautes indignés. Mettant en cause, pour la plupart, les organisateurs. « Irresponsables », « Mal organisés », « manque d’anticipation », les termes ont plu. Il a fallu attendre la matinée d’hier pour qu’Okalou, la société initiatrice de l’évènement, ne réagisse. En publiant des images d’un stade annexe propre.

Mauvaises intentions. Seheno Rasoanarivo, Directrice générale d’Okalou, soupçonne des manœuvres de dénigrement. « Une entité nous a contacté pour nettoyer les lieux, mais nous avons refusé », soulève t-elle. Dans le contrat que la société a contracté avec la commune urbaine d’Antananarivo, les coûts de nettoyage seraient compris dans le forfait de location. Donc, après que tous les fêtards et les fêtardes aient quitté les lieux, la commune s’est s’occupée des ordures et des déchets. Selon elle, « le stade a été nettoyé dans les vingt-quatre heures après l’évènement. Dès lundi matin, tout a été nettoyé. Ces photos ont été prises quelques heures après la fin de ‘Loko race’ ».

Joints plusieurs fois au téléphone, les responsables au niveau de la commune urbaine d’Antananarivo pour la gestion du stade municipal sont attendus pour mettre fin et tirer au clair tout ce remue-ménage. L’évènement « Loko Race » est une fête destinée à tous les âges. Elle attire beaucoup plus les ados de la Capitale en mal de sensations, venant en groupe ou en famille avec papa et maman. Le principe est de se lancer des poudres colorées et de « s’éclater » sous les ambiances diffusées par un Dj. Plusieurs centaines de jeunes et des deux sexes se sont donc agglutinés dimanche dans le stade annexe Mahamasina.

Maminirina Rado

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.