Show-biz : Montée fracassante de la musique urbaine

Denise, en voie de devenir une diva africaine.

Toamasina n’est pas seulement la capitale économique de Madagascar, la région Atsinanana se démarque aussi grâce aux artistes ressortissants.

Mick & Davis, Deenyz, Shyn… De grands noms de la musique malgache, ambassadeurs musicaux dans le monde, ces musiciens et chanteurs sont des exemples à suivre. La ville portuaire n’est pas seulement la capitale économique de la Grande Ile, Toamasina se démarque aussi grâce aux artistes locaux. Aujourd’hui encore, la pépinière musicale de la région Atsinanana continue de fleurir. La plupart des étoiles montantes baignent dans la culture hip-hop. A Toamasina, le rap est une musique très appréciée sur la côte Est, et même dans les évènements officiels, le rap tient toujours une place notamment lors des animations de podiums, au détriment de la culture musicale traditionnelle. La musique « basesa » est totalement éclipsée par la musique urbaine. Jean Kely sy Basth, le duo qui interprète « Ino maresaka à Tamatave » sont éclipsés par les stars de la culture hip hop ou encore tout comme Jacky 501.Une influence de la mondialisation qui pourrait être néfaste à la culture musicale à cause de l’existence de la musique traditionnelle qui est menacée.

A l’ère du digital. À Toamasina, les gens de talent ne manquent pas, danseurs, comme les chanteurs sont des références. Le principal problème réside au niveau du budget. La majeure partie étant en autoproduction, alors que la plupart sont des jeunes universitaires qui ont du mal à investir dans des matraquages médiatiques, faute de moyens. Le procédé le plus rapide pour pouvoir se frayer un chemin reste les réseaux sociaux. Les chanteurs publient sur le net notamment sur YouTube et Facebook. Les morceaux les plus appréciés atteignent pas moins de 5000 vues et de « j’aime ». Parmi les meilleurs chanteurs, Lion Hill, Golagola et Jupa&Bango. Ces derniers restent les maîtres incontestés du rap dans la région Atsinanana. Issu de l’école de la vraie souche du rap, le duo de rappeurs rencontre du succès aussi bien auprès de la jeune génération que de la moins jeune. Il y a également les labels « Bmmg » et « Zay one ». Si le premier regroupe huit artistes, le second en rassemble onze.

Etoile montante. Lion Hill fait partie des étoiles montantes du Rnb tamatavien. Présent sur la scène de la région Atsinanana depuis fin 2008, Lion Hill a su se faire une place dans le monde du show-biz à Toamasina. Versant plutôt dans les genres à John Legend ou Ney-oh, le chanteur excelle surtout dans les prouesses vocales. Jouant de sa voix, le crooner fait partie des chanteurs à succès de la région Atsinanana. Faisant de l’amour son thème par excellence, le jeune homme se trouve dans les mêmes trempes que Shyn. Toutefois, le jeune homme ne s’intéresse point aux différents concours musicaux. La majorité de mes chansons parlent d’amour. « Je juge que l’amour globalise la base de tout ce qui se passe dans le monde », clame-t-il « Pour ma part, les concours de chant ne m’intéressent pas. Ou plus précisément, je me désintéresse de la suite. Je compte garder ce train de vie. Certes, je voudrais que ma musique percute toujours aussi bien au public, mais je ne voudrais pas non plus devenir une “vedette”, car cela implique beaucoup. » Pour le moment, Lion Hill cible les Malgaches dans la Grande Ile et la diaspora.

Culture Hip-hop. Selon Moustoipha N. Madjali, organisateur d’évènement, Toamasina regorge de talent. Les gens d’ici aiment faire la fête, voilà pourquoi les spectacles, les cabarets et discothèques rencontrent des succès. C’est l’une des raisons pour lesquelles les grosses pointures nationales n’oublient jamais d’inclure Toamasina dans leur programmation de tournée nationale. La musique étant un loisir et une tendance, elle peut être aussi un mode de vie .« Je peux dire qu’environ 75% des jeunes de la grande ville de Toamasina baignent dans la culture hip-hop, et le sound system, notamment le style reggae, raga dance hall » constate Moustoipha « Les jeunes se frayent un chemin comme One Lio, qui commence à entamer une carrière à la nationale. De même, Joudas et Bandaem sont des reggaemen connus à Toamasina. »

Zo Toniaina

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.