Littérature : « Le jumeau » remporte le Prix Indianocéanie 2018



Jacaranda
Fanja Andriamampandry reçoit le Prix Indianocéanie 2018 pour son défunt mari.

Le roman « Le jumeau » de Jean-Pierre Haga Andriamampandry a été le gagnant du concours littéraire Prix Indianocéanie 2018. Un bel hommage à cet écrivain tardif mais grandement talentueux.

Cela semble être passé inaperçu, mais le Prix Indianocéanie 2018 a été remporté par Jean-Pierre Haga Andriamampandry. Son roman « Le jumeau » a réussi à convaincre les organisateurs de ce concours. Le grand drame est que quelques semaines avant l’annonce du gagnant, l’écrivain malgache est décédé. C’est sa femme, Fanja Andriamampandry, qui a ainsi été présente lors de la cérémonie de remise du trophée le 29 novembre à l’île Maurice. Elle a d’ailleurs déclaré la haute importance de ce prix à titre posthume qui « qui rend hommage à l’amour que portait Jean-Pierre Haga Andriamampandry pour les mots, sur papier ou en chanson ».

Pour la présidente du jury, Dominique Dambreville, « Le jumeau » a été un récit qui s’est distingué par « son authenticité touchante et captivante ». Sur les 61 manuscrits envoyés par les écrivains de toute la région océan Indien, le texte de Jean-Pierre Haga Andriamampandry rappelle un Madagascar parfois irréel, mais pourtant les personnages et les faits qu’il y rapporte sont entendus ici et là. Ce résumé sera un peu plus clair. « Autour d’un enfant perdu et retrouvé, au long des divers chemins qui s’offrent à l’adulte qu’il est devenu, on croisera une guérisseuse bienveillante, un médecin oublieux des contraintes légales, une sombre jeteuse de sorts du plus profond de la nuit… ».

La gangrène du pays. Sans oublier les rapports entre la corruption et l’insécurité avec les « dahalo », qu’il arrive à en faire des personnages intéressants, nœuds tragiques de la tradition et des mauvaises pratiques. « ‘Le jumeau’ raconte Madagascar en révélant son trait le plus connu : l’étendue de l’inconnu ». Le Secrétaire de la COI, Hamada Madi, a tenu à féliciter en ces propos « celles et ceux qui ont pris part à cette première édition du Prix Indianocéanie, et ont raconté la singularité de notre région sans rien cacher de sa lumière et de ses ombres, de ses espoirs et de ses frustrations, de ses enchantements ou de ses paranoïas ».

Une prochaine édition semble déjà se dessiner. Puisque le représentant régional de la Francophonie, l’ambassadeur Malik Sarr, a annoncé que « le Bureau régional de l’Organisation Internationale de la Francophonie a intégré le Prix Indianocéanie dans sa programmation ». Un soutien de taille et qui pourrait encore apporter plus d’envergure à ce concours littéraire. Qui a d’ailleurs prouvé que l’écriture est encore bel et bien vivace chez les peuples de l’océan Indien. Prouvant également que la créativité des écrivains de la région et la richesse des sources d’inspiration des diverses îles sont des matériaux inépuisables.

En guise de récompense, « Le jumeau » de Jean-Pierre Haga Andriamampandry est édité en 500 exemplaires, diffusés au sein des réseaux des organisateurs. La femme du défunt et ses descendants pourront commercialiser l’œuvre pour leur propre compte.

Maminirina Rado

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.