Edward Djaomazava rapporte son « Jijy » : Il est adepte de la World Music



Jacaranda

De la pop jusqu’au « salegy », il rassemble tous les rythmes. Un brassage musical que les jeunes admirent énormément.
Djaomazava a sorti un single. Cette fois-ci, l’Afrobeat est au menu. «Jijy», tel est le titre de cette chanson qui parle de la vie quotidienne. En outre, le jeune artiste parle des rumeurs et des choses anodines. Ce chanteur de 30 ans est un vrai descripteur ! Il dit tout ce qu’il voit et écrit tout ce qu’il entend. Les commérages, les bruits de la rue, tout inspire Edward Djaomazava. « Les réseaux sociaux accentuent les commérages. Si on ne les utilise pas à bon escient, les conséquences seront désastreuses », a-t-il souligné. Composé par Floginot, la mélodie s’accorde parfaitement avec la parole. Comédien chez Zolobe depuis 2008, le jeune Djao est exigeant quand il s’agit de clip. Selon lui, les mimiques et les gestes sont des expressions qui accompagnent le texte des chanteurs. « Pour que mes clips soient de bonne qualité, c’est moi qui fais tous les scripts de mes clips » affirme le chanteur.
Très connu dans la partie nord de l’île, Edward Djaomazava commence à avoir sa place dans la capitale. Son morceau « Zaho Malagasy » a séduit la population d’Antananarivo. Un morceau qui prône le « fihavanana ». Ensuite, avec « Facebook Tsy Lany Koragna », en featuring avec Tence Mena, Djao se sentait à l’aise dans le rythme de la princesse du « salegy tsatotsatoka ». Ces deux artistes sortent de deux mondes musicaux différents, le « salegy » et la pop teintée de « vakodrazana Sakalava ».
Parole typiquement malgache. Comme tous les artistes, DJao a une manière d’exprimer sa joie, ses peines, son enthousiasme. La plupart de ses textes sont inspirés par des proverbes malgaches. Le jeune homme essaie de conserver le langage malgache afin que la nouvelle génération soit consciente de la valeur de celui-ci. En effet, à travers ses clichés, on voit de temps en temps chez Edward un look moderne mais à la malgache, tels que le chapeau de paille, et parfois du « kabôsy » à la main. Pour lui, la musique est sans frontière.
Iss Heridiny 

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.