Festival Habaka ankisôma : Le jardin d’Antaninarenina sera une piste de danse

Jacaranda

Le jardin d’Antaninarenina sera une grande piste de danse les 14 et 15  décembre. Ce festival est organisé par le groupe Rary. La 16e édition du Habaka Ankisôma sera différente des précédentes. Si l’année dernière, le festival n’avait qu’une vingtaine  d’invités, cette année, plus de  trente groupes de danseurs se partageront la scène.    Divers  types  de danses  seront  offerts au public, tels que la danse contemporaine, danse de salon, urbaine, tropicale, et la Danse moderne.  Des chorégraphes professionnels comme Tarika H, Dihyarivelo, Jiny, Leba,  Olondihy, Rary, Slash Crew, Summer Slam  seront de la partie .  « Le but du festival est de promouvoir la danse à Madagascar en général, et  dans la capitale en particulier», a affirmé Ange Ralaihelinarivony  membre du groupe Rary. En effet, la danse gagne du terrain à Tana. D’ailleurs l’âge des  participants se situe dans la tranche de  3 à 75 ans. Ce qui prouve que, la danse n’a pas d’âge.  Certes, elle est reconnue comme un loisir,  et également comme un sport.

«C’est pour clôturer l’année sous une forme artistique que nous programmons   dans ce festival tous ceux  qui ont travaillé avec la Cie Rary pendant l’année  2018», a expliqué l’une des organisatrices Géraldine Leong Sang. Selon elle, la danse est aussi un échange d’expérience. «Ce festival est accessible  à tous les artistes venant  de tout bord : professionnels, semi-professionnels et amateurs. Il est aussi accessible à tous parce qu’il est organisé hors murs dans la bonne voie : il existe des relèves dans tous les styles de danse : tout ce mouvement apporte une réelle avancée dans l’évolution positive de la danse à Madagascar. Concrètement, le nombre de danseurs ne cesse d’augmenter et les activités liées à la danse également, que ce soit aussi bien dans le milieu amateur que professionnel », a-t-elle rajouté.

Même si  les organisateurs sont peu soutenus par des institutions, la danse connait  une certaine  envergure à Madagascar.  « Les Malgaches ont la danse dans le sang. Il n’est pas difficile de leur apprendre à suivre le rythme», a dit Ange  Ralaihelinarivony

Iss Heridiny

Blueline Air Fiber

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.