Portrait : Haingohaja, à la verve incomparable

 

une poétesse au tempérament de pionnière

Les choses sont écrites afin d’être lues. Elle est l’une de ces femmes qui milite à travers la poésie. Une femme indépendante qui ne cesse de se battre pour ses concitoyens. En elle, il y a de l’amour, de la tendresse, mais en elle il  y a de la souffrance, de la douleur. Car elle a vu de la violence et de l’injustice autour d’elle.

Elle est fan de J.J.Rabearivelo, Randza Zanamihoatra, Rado, Ranoe, Niry Solosoa. Pour elle,  les poètes sont les porte-paroles de la société. Cette femme a une  forte personnalité. On voit de temps en temps chez elle la lutte.  Ses écrits  illustrent l’engagement. Comme tous les poètes contemporains, Patricia Haingohaja encourage ses lecteurs à méditer.  «Je n’incite pas les gens à se révolter, je les conseille à réfléchir», a-t-elle confirmé. «  J’encaisse l’injustice dans la société, parce que je me mets à sa place » a-t-elle rajouté.

Haingohaja accompagné de son papa

Du théâtre à la poésie. « Je me souviens quand j’étais en classe de huitième, notre institutrice nous a demandé de faire une récitation et faire des gestes. J’étais parmi les élèves qui ont assuré», a-t-elle témoigné. C’est normal si la petite Haingohaja devance ses condisciples car elle a  le talent dans le sang.  Fille d’un dramaturge, à l’âge de 10 ans , elle a joué au théâtre à l’école. A 14 ans elle commence à être à l’aise sur l’estrade. D’autant  plus la présence de son père lui a beaucoup aidé dans ce domaine. Papa a bien fait son rôle !  «Je me souviens bien quand j’ai joué au théâtre. J’étais membre des jeunes étudiants chrétiens. On reproduisait la cantique des cantiques. J’étais heureuse, c’était comme hier », a-t-elle révélé.  A 14 ans, la jeune Haingohaja adhère dans une association « mpianatra tsy manafi-talenta. De là que vienne l’inspiration de la jeune poétesse. Sûrement elle avait un petit calepin avec elle. Elle observe ce qui se passe autour d’elle. Haingohaja commence à aiguiser sa plume. Elle a trouvé son style.   En 2010 elle adhère au faribolana sandratra, là où elle a acquis des expériences. « On se partage des connaissances. Nous sommes une grande famille au faribolana sandratra».

« Le poète  est le témoin de son époque». Un dicton que Patricia Haingohaja adore.  Une bonne citoyenne doit être au courant de ce qui se passe dans son pays. Haingohaja est une observatrice.  Elle suit beaucoup l’actualité. Alors, en 2012, pendant que Madagascar est en plein crise, elle a écrit un poème « raha soloinay ianao » ce poème est dédié aux politiciens. Douce, modeste, mais aussi conquérante, elle défend les droits du citoyen rabroué ou maltraité par la société.

Elle est un être de  vocation, elle embrasse le métier d’art, elle occupe le devant de la scène. Elle a un tempérament de pionnière. C’est une championne des méthodes nouvelles. Elle entreprend beaucoup de choses avec énergie farouche, et la plupart du temps elle les réussit. Haingohaja a beaucoup de facettes.

Iss Heridiny

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.