Rap : Le collectif « Diosezy » revient sur ses terres

Jacaranda
Une partie du collectif « Diosezy » en mini portrait de famille. (cérdit photo : diosezy)

« Diosezy », le collectif pionnier du rap malgache signe son retour ce jour pour ce qui sera l’évènement rap de ce début d’année. Un retour annoncé sur le numérique.

Quand le rap malgache a réussi à vraiment s’imposer dans le paysage artistique urbain, surtout dans la capitale, les premiers collectifs ont vu le jour. « Diosezy », revient sur le devant des projecteurs à partir de ce jour. « Ce sera un rendez vous digital », explique Tax, un des aînés du collectif et membres du groupe légendaire « Da Hopp ». Avant d‘ajouter avec un rire assumé, « le retour des vieux de la vieille ». Plutôt le retour des seigneurs du rap malgache, le fief désigné de « Diosezy » est le quartier d’Antsahabe. Un des terreaux de la culture hip hop malgache, qui a vu naître des groupes comme « Da Hopp », « 18.3 » et tant d’autres. C’est dans ce collectif que les premières voix féminines du rap malgache se sont faites entendre, pour ne pas citer que Bambs ou Koms.

Idole des jeunes. Aujourd’hui à 18 h donc, « Diosezy » va donner rendez- vous aux amateurs de rap du monde entier pour évoquer leur retour. Nouvelle technologie oblige, le collectif démontre, malgré les premiers pas effectués avec des bobines de cassettes, qu’il est toujours dans le coup. Durant ce rendez- vous, les membres s’étaleront un peu plus sur les futurs projets annoncés par ce retour. Pour ce faire, il suffit de se connecter sur la page officielle du collectif. « ‘Diosezy’, pour moi, ce sont des morceaux qui m’ont bercé durant mon adolescence, « Komandona », « Sô kenda »…. Des clips qui m’ont laissé sans voix, « Diosezy » ne peut pas être écarté de l’histoire du rap malgache », reconnaît Dj Damn, dans le hip hop depuis 2011. La nouvelle génération ne peut pas oublier les booms « baps » à tout casser qui, chaque fois, devenaient des tubes.

« Korg X5 ».Dans le genre avant-gardiste, « Diosezy » a également mis en avant la qualité technique. Quand le rap sortait tout juste de l’euphorie des débuts, il a fallu calibrer le contenu. Le vaste marché de la musique malgache était séduit mais voulait également du professionnalisme. Dès lors, un instrument sera lié à jamais à ce collectif. « Quand je pense à ‘Diosezy’, c’est avant tout Antsahabe et ‘Korg X5’. A cette époque je n’étais qu’un petit ‘ beat maker’ évoluant dans le milieu underground », se souvient Rhayo, l’un des auteurs compositeurs les plus talentueux de sa génération. Question instrumental, les rappeurs de « Diosezy » n’avait pas la chance de trouver des sons tous faits sur Internet. Il a fallu créer ses propres instrumentaux, ce qui rendait encore la compétition entre les groupes de rap antananarivien encore plus passionnante.

Retour attendu. Dans le milieu hip hop, le retour des anciennes gloires a réveillé une certaine philosophe du rap qui s’était perdue. Il s’agit d’un rap plus conscient, et plutôt rêveur, puisque « Diosezy » dans le titre « Komandona » a déjà prophétisé un rap qui va couvrir tout Madagascar. Les inconditionnels s’attendent donc à des évènements liés à ce retour qui sera plus qu’un ou deux singles et un beau clip. Un grand live serait des plus attendus. Pour découvrir tout cela, ce sera à partir de 18 h sur le compte facebook « Diosezy Ko Mandona ».

Maminirina Rado

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.