Concert : Jimmy B Zaotö ouvre l’année 2019 à l’Ifm

Jimmy B Zaptö, un batteur complet.

Le concert de Jimmy B Zaotö à l’Ifm Analakely ce 25 janvier sera une petite consécration pour cet artiste qui commence à avoir son nom sur la scène musicale malgache. 

L’année 2019 démarre bien pour Jimmy B Zaotö, surement l’un des rares batteurs qui osent prendre le micro sur la scène malgache. Il sera en concert le 25 janvier à l’Ifm Analakely, son premier de l’année. « Le spectacle s’intitulera « Mikoragna », pour ce spectacle Jimmy prévoit un spectacle de 1h30 qui va faire voyager le publique entre son premier album et le deuxième qui sortira bientôt. Un répertoire qui va parler en majorité de l’humanité et de l’amour de la nature », assure t-il, apparemment prêt à en découdre avec cette salle parfois délicate de la capitale.

Jimmy Marius Rakotoson, dans le civil est celui qui depuis des années tamponne dur pour se faire une place dans le vaste paysage de la musique malgache et d’ailleurs. « Si l’on devait revisiter le parcours de Jimmy B, on dirait simplement qu’il a été confronté à la musique à l’âge de cinq ans, bercé par la culture, il décide d’associer musique et créativité dans le but d’exprimer – de valoriser – de partager sa vision à travers le ZaotÖ Groove ». Tout un programme donc qui attend d’être redécouvert. le groove, c’est bien ce qui pourrait résumer le style de ce chanteur.

Il est assez difficile de définir une approche arrêtée au genre de Jimmy B Zaotö. Sa base réside dans le salegy, qui l’a bercé toute son enfance. A cinq ans, il se sentait déjà prêt à devenir un musicien quand son âge le permettrait.

Ambiance inspirée avec Jimmy B Zaotö sur scène.

Mikoragna. « On peut y trouver des rythmes variés dans les chansons ainsi que l’utilisation des instruments modernes et traditionnels, la batterie, la guitare basse, la guitare solo, la percussion, la flute, l’accordéon, le langoroana, avec divers accessoires », fait-il savoir. Durant ses prestations, il n’est pas rare de le retrouver tantôt derrière les cymbales, tantôt avec une guitare…

Côté discographie, le chanteur a déjà laissé ses marques dans le patrimoine musical actuel. « Anatra olobe » a été le premier opus qu’il a sorti. Un défi en quelque sorte, ce génie de la batterie, avec sa pécule de notoriété à l’époque, a osé ce défi que d’autres aurait mis des années à faire. Le disque passe comme un beau soleil derrière les nuages. Mais Jimmy Zaotö persévère, teste des pistes, compose, il ne va jamais baisser les bras. Il multiplie les scènes reconnues comme l’Is’art Galerie, l’Hôtel de l’Avenue… tout en gardant ce groove qui commence à devenir la personnalité de sa musique.

Sa philosophie de la vie se reflète dans sa musique. « Il veut mentionner dans son parcours que la musique, l’art même  appartient à tout le monde, que lui n’est qu’un simple représentant de celui-ci. Ce qu’indique bien évidemment le nom du groupe – Zaoto – qui signifie : anao ko tompony ou ce qui est à moi t’appartient ». Rendez vous donc le 25 janvier, pour une soirée intitulée « Mikoragna » qui promet d’être joliment tumultueux et aussi des nouveaux titres en perspective.

Maminirina Rado

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.