Musée de la Photographie de Madagascar:Un gros plan surla cité perdue de Suberbieville

Jacaranda
Lavage à la battée à Suberbieville.

Après l’intervention de Claire Riffard sur l’intime de Rabearivelo du mois dernier, Yannick Boulay narrera l’épopée de la cité aurifère de Suberbieville ce samedi  15 juin 2019 à 10 heures. Amatriced’histoire, éprise de Madagascar, elle est l’auteure du livre « À la recherche de  Suberbieville : Cité perdue à Madagascar ».

Suberbieville, une histoire hors-pair. Totalement rayée de la carte et presque oubliée par l’Histoire, Suberbieville était pourtant une ville florissante. En 1885, l’aventurier français Léon Suberbie obtient une autorisation du Premier ministre Rainilaiarivony d’extraire de l’or alluvial dans l’ouest de la Grande Île, pour le compte de la Reine. Entre 1888 et 1894, 1250 kg d’or ont été extraits par la compagnie de Suberbie. La production intensive ainsi que la fièvre de l’or  font fleurir une nouvelle ville : Suberbieville.

Vingt ans plus tard, la compagnie se ruinera en voulant introduire des procédés mécaniques trop complexes, mais aussi du fait de la concurrence d’autres sociétés aurifères. Suberbieville meurt aussi vite qu’elle est née, au point de devenir aujourd’hui une cité fantôme.

Recueilli par IssHeridiny

Blueline Air Fiber

Share This Post

One Comment - Write a Comment

  1. Bon, Yannick est un homme, pas une femme, mais peu importe. L’essentiel est son livre, publié aussi en édition numérique par la Bibliothèque malgache.

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.