Portrait : Rapo Atlas, jeunes passionnés et engagés

Jacaranda
les membres actuels du Rapo Atlas.

Jeune groupe d’à peine trois ans, Rapo Atlas réuni quatre amis animés par la même passion pour la musique. Plus que des passionnés, ils font partie de ces artistes engagés. Portrait !

Rapo Atlas, un nom qui commence sérieusement à percer dans le microcosme de la musique du Sud. Si les morceaux comme « Taniko », « Torehon’ny tontolo »  et « Baba » sont sur les lèvres des inconditionnels, ils véhiculent des valeurs tournant essentiellement autour de la protection de l’environnement, le respect de la personne humaine, la croyance en Dieu le créateur, l’universalité de l’amour entre tous les peuples, le développement et le dévouement à la patrie. Si Rapo Atlas a été créé en juillet 2016, le nom du groupe est tiré de celui de son leader Rapo Nakany Nichols Atlas. C’est sur les bancs de l’école, à Mandroseza, qu’ils se sont tous connus et ont décidé de  mettre un point d’honneur à leur passion commune.

Bekom-bezo. Animés d’un même amour de la musique, ils ont donc décidé de fonder ce groupe musical pour essayer de réaliser leur rêve. Selon Rapo Nichols, leader et fondateur du groupe,  «  Nous avons une visée internationale et voulons  être parmi les grands artistes de renommée. Animés par la même passion de la musique, nous avons décidé ensemble de fonder le groupe afin de réaliser nos rêves communs. Pour cela, notre objectif est surtout de transmettre à travers notre groove les messages divins de l’Eternel pour l’amour, la liberté et la fraternité interplanétaire de toutes ses créatures, des messages d’amour et de sensibilisation », relate-t-il. Pour ce qui en est de leur musique, leur art est une conjugaison de jazz et de musique du sud, plus exactement le « Bekom-bezo », prend la couleur des musiques du monde, mais toujours avec ce bon feeling des tropiques.

Rapo Nichols membre fondateur du groupe.

Actions sociales. Sur scène, c’est à travers leurs titres tels que « Nosy tsy hita maso », « fahoria », « fitiavan-dreny » qu’ils démontrent leurs engagements. Dans la vraie vie, ils traduisent tout cela en actes à travers des œuvres caritatives et de multiples actions sociales. Convaincus du rôle majeur des artistes, Rapo Altas n’hésite pas à apporter sa pierre à l’édifice. D’après toujours le jeune chanteur, « Il est indiscutable que tous artistes dignes de ce nom doivent toujours avoir un rôle social à Madagascar. Nous en sommes conscients et convaincus, Madagascar étant un pays perpétuellement dans sa voie pour son développement a beaucoup besoin de la contribution de toutes ses forces vives, dont les artistes musiciens. » En faisant avec les moyens du bord, ces jeunes hommes  distribuent occasionnellement de repas à des familles vulnérables. De même, ils partagent également des friandises, lampions, habits et chaussures à des enfants vulnérables, sans oublier de participer à des reboisements…

Avant de continuer que « Par conséquent, nous essayerons toujours de convaincre les égarés par nos paroles. Nous utilisons notre musique, dans les actions d’œuvres de charité et de solidarité aux personnes vulnérables, sans exception. De même dans la lutte contre l’inégalité de chance et de traitement au sein de la société , et la sensibilisation de jeunes pour être entreprenant et productif dans le droit chemin, étant donné que le groupe Rapo Atlas est de nature rassembleur et contre l’exclusion », souligne-t-il. Ce qui explique leur prochaine perspective de donner assistance aux orphelinats.

Zo Toniaina

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.