CGM/GZ : Tony Zà ramène son « Botsikirondra »

L’exposition de Tony Zà est à découvrir jusqu’au samedi

Précurseur du « Botsikirondra », Tony Zà est un poly-instrumentiste doublé d’un luthier hors-pair. Il se fait rare sur scène, pourtant le talent ne manque pas. Ambassadeur par excellence du genre « Botsikirondra », il a décidé de se remettre en selle. Cette semaine, une exposition au Cgm/ Gz est dédiée à ses instruments dont les sons n’ont rien à envier aux autres. Des instruments de musique traditionnels et typiquement malgaches inventés, ou améliorés par le luthier. Pour les passionnés, une multitude de « kabôsy » sont à découvrir. Allant du kabôsy traditionnel basique jusqu’au kabôsy moderne qui résonne comme la guitare en passant par la guitare doublé d’une marovany, les « korantsa » et les percussions ne sont pas en reste.

Pour parfaire l’expérience et approfondir la connaissance du public  de ses instruments, Tony Zà a décidé de monter sur scène avec ses complices le temps d’un « Magnaboely ». Plus précisément, ils donnent rendez-vous dans le même local samedi après-midi en guise de finissage. Mika à la basse, Stéphane au Kabôsy et aux percussions, Lova à la trompette et au violon, avec Tony Zà au kabôsy et au micro, la bande fera vibrer les spectateurs à coup sûr. Une rare opportunité de voir à quoi ressemble le fameux « botsikirondra » et le résonnement des ouvrages de Tony Zà par la même occasion. Entre autres, il chantera les « ka mifanasakasaky » et les « Tapa-kevitry ».  Bien loin des « glopôpôpy» et les chansons nunuches et matraquées du moment, la musique de Tony Zà  ramène les spectateurs dans le terroir du Sud–ouest.

S’il se fait rare sur la scène, Tony Zà est toujours en train de peaufiner soit ses instruments, soit de nouveaux morceaux de botsikirondra. Entre-temps, le groupe prend également du temps pour faire des tournées sur les côtes à l’instar de Taolagnaro. Toutefois, il garde toujours une date pour le CGM/GZ, histoire de retourner à la source. Effectivement Tony Zà fait partie des nombreux artistes qui ont pu se frayer un chemin dans la musique grâce à ce centre culturel.

Zo Toniaina

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.