Quartz Africa innovators 2019 : Joël Andrianomearisoa parmi les porteurs d’idées 

Ils sont 30 femmes et hommes africains  à être choisis  pour participer  au Quartz Africa Innovators 2019. Ces porteurs d’idées et de créativités contribueront à l’amélioration de l’Afrique de demain.  Parmi eux, se trouve l’artiste Joel Andrianomearisoa.

La cinquième édition du Quartz Africa Innovators semble partir d’un bon pied. Entrepreneurs, créateurs, techniciens et artistes issus de toute l’Afrique constituent la cohorte 2019. Parmi les trois dizaines de leaders se trouve l’artiste malgache Joël Andrianomearisoa. D’après Yinka Adegoke, Quartz Africa editor, « tandis que nous examinions des dizaines de candidats à la cinquième édition de notre liste annuelle des innovateurs d’Afrique, nous avons souvent été frappés non seulement par leurs idées, mais également par la créativité dont ils ont fait preuve pour surmonter leurs obstacles locaux. Nous avons trouvé ces femmes et ces hommes africains dans divers secteurs et régions et, chacun à sa manière, ils ont défié le statuquo ou repoussé les limites de leurs marchés locaux et aidé à en amener d’autres ».  Les critères de sélection se basent sur le travail novateur, leurs initiatives d’inventivité et leurs approches créatives par rapport aux problèmes. Chacun adopte une façon originale pour relever de grands défis.

Artiste pluridisciplinaire, Joël Andrianomearisoa combine un peu de tout pour obtenir un art à part entière. Par ailleurs, son éventail de source inspirante se reflète dans son travail. Vidéo, mode, sculpture, et photographie se conjuguent pour donner au final des œuvres qui ont été présentées dans le monde entier au cours de sa carrière. Récemment, il a marqué l’histoire en devenant le premier artiste à créer le premier pavillon de la biennale de Venise à Madagascar. Selon  l’artiste, son souhait est que « l’installation illustre une réalité complexe, loin de l’exotisme souvent associé à la nation insulaire. L’exposition parle également de dialogue entre le monde et Madagascar, et vice-versa».

Abstrait. L’œuvre de l’artiste se développe autour d’une narration non explicite, souvent abstraite que chacun perçoit sans pouvoir autant la nommer. Son monde des formes tisse son ouvrage en séquences souvent dans une profonde tristesse d’une absence impossible à combler. Et pour cela, il utilise sans hiérarchie, le son dans sa dimension immatérielle ou le livre dans son hyper matérialité, le textile soyeux ou le plastique rugueux, le noir ou les couleurs les plus chatoyantes. Le travail de Joël Andrianomearisoa s’est développé au fil du temps au travers de différents médiums et matières. Ces dernières années, ses créations sont souvent réalisées à partir de textiles, de papiers, parfois du bois, des minéraux, ou bien à partir d’objets inattendus, miroirs, parfums, emballages, tampons… avec lesquels il réinvente le magique et provoque l’émotion. Cette « émotion esthétique » souvent recherchée et rarement atteinte, qui se passe du commentaire.

Premiers pas. Ses premiers pas remontent au milieu des années 90, alors qu’il a à peine 18 ans. D’entrée de jeu, son travail s’incarne dans des performances qui lui vaudront la couverture de Revue Noire Madagascar en 1998. Il sollicite de nombreux supports, de la couture au design, de la vidéo à la photographie, de la scénographie à l’architecture, des installations aux arts plastiques. Probablement c’est de là qu’il tire une œuvre polyphonique qui envahit tout l’espace sensible de chacun.

Zo Toniaina

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.