Chill’out : Potentiel énorme de Zazadàla

Zazadàla n’est pas sans doute le premier groupe malgache à chanter des créations en anglais, par contre, ils ont été si peu depuis la colonisation. Avec leur concert au « Chill’out » Ambondrona samedi après-midi, on peut dire que la manière est là. Trois musiciens, Klark, Faly et Njaka, tout autant à l’aise au micro et une jolie chanteuse, à la voix enveloppante, Minà. Mina, qui a cette chose de mielleuse dans la voix, avec la musique teintée de sonorités traditionnelles et en parallèle une ligne mélodique quelque peu rock « liverpoolien ». Ça se ressent, même si Zazadàla se défend de faire une musique éclectique. Le mélange est par contre parfait. Dans les textes, rien à redire. « L’expression est plus accessible avec l’anglais », reconnait les membres du band interrogé sur la question de la langue.

Après la traditionnelle balance où tout le monde accorde leurs instruments et leur voix, le quatuor s’installe, verre de nectar des dieux à la main. Dans la salle, jeunes branchés, jolies demoiselles attirées par les sonorités nouvelles, un couple mixte… sont déjà bien installés. « C’est comme entrer dans un rêve », met en avant les Zazadàla. Du coup, le spectacle est lancé avec le titre « Dream ». C’est toujours comme cela que le groupe débute, une tradition. Les deux guitares acoustiques entrent sur un mouvement primaire, nerveux. Minà, avec sa voix juste, étonnant par les temps qui courent, s’insère avec une fausse nonchalance. « Dream », c’est une chanson fiévreuse, presque maladive. Telle une virée en ‘arcotique’ radieuse se télescopant à la réalité de ce pays, plus que jamais en lambeaux.

Ensuite, les morceaux s’enchainent. Il est sûr que Zazadàla possède une dynamique musicale très intéressante, une musique qui pourrait s’exporter. D’autant qu’il peut, si la chance lui sourit, s’attaquer à un marché plus ouvert. Le circuit musical anglophone, bien qu’extrêmement exigeant, est largement plus attrayant que le circuit francophone. Les semaines et les mois à venir nous apprendront plus sur ce groupe. Pour l’instant, on attend que les titres comme « Hungry boy », « Same », « Watch my bulls » commencent à sillonner les ondes et les tubes cathodiques du pays.

Maminirina Rado

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.