Antsahamanitra : Le premier podium jazz de « Madajazzcar » percutant

Louis Matute a offert un récital qui a réussi à faire réagir le public du podium jazz

Le festival international « Madajazzcar » a proposé son premier podium ce week-end dans un Antsahamanitra presque à moitié plein. Une fête à la hauteur de l’évènement avec des artistes de tous les horizons.   

Les deux podiums du festival international de jazz « Madajazzcar » constituent les poumons de cet évènement chaque année. Samedi après-midi, Antsahamanitra a accueilli le premier « podium jazz » avec des artistes nationaux et internationaux. Notamment, une pointure avec le « pasteur des musiciens », selon Désiré Razafindrazaka, le bassiste Dominique Di Piazza. Il a été accompagné par un ensemble musical bien huilé avec des noms comme Fy Rajaofetra, Joro Rakotozafiarison, Andry Michael et BoloRakoto David. Avec un style sobre, hautement technique et une rapidité à la basse incroyable, Dominique Di Piazza a impressionné d’entrée.

Un autre musicien international lui a devancé, le jeune guitariste suisse Louis Matute, épaulé par deux membres de la famille Ravaloson, Bara et Vatsiahy, et enfin Titan Randriamasindrazana. L’occasion aussi pour les jazzistes présents et le public de lâcher une petite pensée à Haja Ravaloson. Décédé à quelques semaines du festival, il a été un des éléments de choc de « Madajazzcar ». D’ailleurs, bon nombre des musiciens nationaux qui jouaient lors de ce podium jazz de samedi l’ont côtoyé. Ce quartet a alors offert au public réceptif une musique très structurée, respectant les fondamentaux et enfin assez mélodieux comme le titre « Pictures ».

Si les loges étaient assez animées, des cannettes circulaient ici et là, l’ambiance était relax. Dans le public se trouvaient  Mendrika Rasolomahatratra, l’un des meilleurs batteurs de Madagascar, qui se préparait à présenter à l’assistance sa formation, « Mendrika Quartet ». Il a été accompagné par Harty Andriambelo, Lova Ramahefason et Mahefa Ramiandrisoa. Une sorte de point de convergence entre la nouvelle génération de jazzmen et l’ancienne. Question musicale, on ressent la précision et la ténacité de l’expérience, tandis qu’à la guitare Lova Ramahefason distillait un jeu dynamique. Pour ce samedi après-midi, sept groupes et artistes étaient au programme.

Le passage de Sax Machine, un groupe americano-français qui a déjà enflammé la scène de l’Ifm Analakely vendredi soir devant un parterre d’« expat », a été une claque auditive pour l’assistance. Mêlant jazz, avec du hip hop, dans le style « old school » des années ’90 jusqu’au milieu  de l’année 2000, le trio Raceca R, en tant que MC, Pierre Dandin et Guillaume Sené ont  encore continué à impressionner. Autre sensation, avec le Big Band Kely, un ensemble de onze musiciens dont plus de la moitié sont des joueurs d’instrument à vent. Une artillerie lourde étonnamment joueuse sur scène avec leur musique. Sans enlever la qualité technique de l’ensemble.

Le tableau a été complété par Samy Andriamanoro et Full Vao Band, des musiciens de l’ancienne génération. Rendez-vous est donc donné pour le deuxième « podium jazz », ce sera le 12 octobre au même lieu.

MaminirinaRado

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.