Académie malgache : Les érudits saluent le travail du couple Jean-Pierre et Bakoly Domenichini Ramiaramanana

Jacaranda
Pour Lucile Rabearimanana, « Jean-Pierre Domenichini est un historien de la longue durée…. ».

Une séance spéciale « hommage aux Domenichini » s’est tenue hier à l’Académie malgache . Linguistes, historiens, archéologues, et des étudiants de l’Université d’Antananarivo sont venus assister à l’évènement. Témoignages et débats ont animé la journée.

« J’ai connu le couple Bakoly et Jean-Pierre Domenichini à partir de l’année 1961 au début de ma vie estudiantine à Paris. En effet, au sein d’AEOM, (Association des Etudiants d’Origine Malgache), les Domenichini-Ramiarimanana étaient parmi nos aînés. De retour au pays, Bakoly évoluait surtout au sein de l’Académie malgache. Ensuite, elle est devenue présidente de la section I art littérature. J’ai fréquenté Jean-Pierre Dominichini à l’université d’Antananarivo où il travaillait en tant que historien et archéologue. On s’est rencontré souvent à l’Académie malgache au sein de la section moral et politique à partir de 1979 », a témoigné Francois Rajaoson lors de son allocution.

« J’ai eu l’honneur et le plaisir de connaître le couple lors de leur séjour à Madagascar en 1967. Jean-Pierre Dominichini était enseignant au Lycée de Fianarantsoa. Je le retrouve quelques années plus tard au département d’Histoire, il participait non seulement à l’enseignement, mais encore avec Bakoly Ramiaramanana, au colloque et séminaire de recherche organisé par le département dans les chefs-lieux des anciennes provinces…. Ils ont souvent travaillé ensemble. La complémentarité des spécialités, leur savoir-vivre et leur complicité à savoir travailler ensemble donnent naissance à des recherches fécondes » a souligné la Professeure Lucile Rabearimanana.

Historien, archéologue et ethnologue, Jean-Pierre Domenichini a participé activement à l’organisation du colloque sur l’histoire de Madagascar en collaboration étroite avec Manassé Esoavelomandroso et Lucile Rabearimanana. En plus de sa participation dans les réunions de l’académie par des présentations de communication, Jean-Pierre Dominichini s’est également impliqué dans l’organisation de colloques internationaux. En septembre 1996, est organisé à l’institut de civilisation Musée d’art et d’Archéologie un colloque international intitulé « l’esclavage à Madagascar aspect historique et résurgence contemporaine ». Du 30 au 31 mars 2017, l’Académie malgache  a organisé le 70e anniversaire du 29 mars 1947. Jean-Pierre Domenichini faisait partie du comité préparatoire de cette réunion. Mais, les actes du colloque ont été effectués en juillet 2018, après quatre mois de sa disparition. Par ailleurs, du 28 au 30 novembre 2017, Jean-Pierre Dominichini était le fer de lance du Symposium portant sur l’histoire, la civilisation et la culture, qui a eu pour thème Asie du Sud-est, Madagascar : l’odyssée des peuples de la mer. Ce symposium scientifique international a vu la participation de plusieurs chercheurs malgaches et étrangers. Quant à sa femme Bakoly Ramiaramanana, elle s’occupait non seulement de littérature mais aussi d’histoire. Ils ont traité des sujets d’anthropologie sociale, culturelle et politique. Le couple Dominichini-Ramiaramanana a contribué à l’étude de la culture malgache. La contribution du couple est monumentale et enrichissante.

Iss Heridiny

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.