Rabenala Toussaint : Un olympien hors hair

Rabenala TOUSSAINT, en pleine action , lors des jeux des îles 1999  au stade d’Alarobia.

Il est désigné plusieurs fois  porteur de notre drapeau national lors des différents  jeux internationaux , signe de  fierté ,  de réconfort et de stimulus   pour un athlète qui a pris à la lettre la devise  des jeux olympiques modernes «  citius, altius, fortius »  qui signifie  plus vite, plus haut , plus fort. Athlète de très haut niveau sur le  « track and field »   mais aussi un   intellectuel  inégalable  dans le milieu académique et  professionnel .

Culture  d’excellence : Sur le plan academique et professionnel.

Son nom pour tous les amoureux du sport révèle un personnage qui a défendu plusieurs fois notre couleur nationale et a remporté toujours  des médailles . Mais derrière ce nom cache aussi un homme qui a toujours la volonté de se surpasser , de s’enrichir intellectuellement. Il l‘a fait et continue de le faire car il a toutes les capacités requises en  bénéficiant la devise  « mens sana in corpore sano ».  C’est un idéal pour tout le monde mais tout dépend de la capacité et de la volonté. ?

Il a fait ses études secondaires au collège Saint François Xavier à  Fianarantsoa et a obtenu son diplôme de baccalauréat série C avec  1er prix d’excellence, excusez du peu, en 1984 . Pluridisciplinaire, notre invité a excellé partout où il a fait ses études ,  brevet de technicien supérieur ( BTS) en  comptabilité et gestion à Bordeaux,  maîtrise en droit privé , option droit des affaires de la faculté DEGS de l’Université d’Antananarivo, diplôme d’études supérieures de l’ école des  douanes et d’accises de Bruxelles, doctorat en sociologie de la faculté DEGS de l’université d’Antananarivo .

Sur le plan professionnel , il était enseignant à la faculté  DEGS d’Antananarivo, à l’INSCAE, à l’ENAM, à l’IMATEP, inspecteur des douanes, , inspecteur d’Etat vérificateur à la direction générale de l’inspection générale d’Etat, et récemment il est nommé directeur interrégional de l’IGE d’Antsiranana.

Athlete de tres haut niveau sur le plan sportif,

il a fait son  service militaire hors forces armées  dans le domaine de l’alphabétisation en 1984 , cela  lui permettait de pratiquer son sport favori, l’athlétisme ,car le temps lui  était  largement suffisant  de  s’y adonner. Sous la couleur de  l’ASCUR  en 1985 et  celle du COSFAP en 1987 en passant par l’USA , il était déjà  hors de portée de tous ses concurrents dans le concours de triple saut et de saut en longueur. Il était trois fois champion d’Afrique au Caire en 1990, à Maurice en 1992, à  Durban  en 1993 et vice-champion d’Afrique  à  Lagos en 1989, deux médailles de bronze aux jeux africains à Nairobi en 1987, à Johannesburg en 1999, deux médailles d’or aux jeux de la francophonie à Casablanca  en 1989 et à Antananarivo en 1997. Médaillé de bronze à la coupe du monde à la Havane en 1992, cinq médailles d’or , trois médailles d’argent et trois médailles de bronze aux jeux des îles de l’ Océan Indien de 1985 à 1998 en triple saut, en saut en longueur et au relais 4X100 . Il est encore détenteur des records de Madagascar en saut en longueur 7,77 m réalisé le 19 Mai 1990 à Talence , et du triple saut  17,05 m le 10 Juin 1989 à Sotteville-lès-Rouen . Il était élu meilleur performer africain en 1989, 1990, 1992 et en  1993.   Vouloir  toujours partager ses  expériences , il est toujours au service  de la fédération malgache d’athlétisme et a contribué à forger  nos athlètes si le temps lui permet.

Passionné de lecture francaise.

Si on lui demande le secret de sa réussite sur le plan académique et professionnel , sans hésitation il a répondu par  la lecture des livres en  français . Il peut dévorer en un temps record  tous les livres qu’il aime,en raffolant   toutes sortes de fruits. Il  adore manger  les poissons d’eau douce , et raffole tous les fruits de mer . Même s’il est passionné de lecture , il est très faible dans le domaine soft : numérique et toutes ses dérivés. Devant tout, ses atouts si on lui demande s’il est un sportif ou un homme de science , il  répond  sans ambage  qu’il est  juriste et sociologue, mais  seulement les gens disent que je suis un scientifique, a-t-il ajouté.  A-t-il raison de lui qualifier un tel car tous ses amis  remarquent en lui son caractère un peu  pensif , indépendant et réservé . Son bond  plus de 17m ,  resterait   encore un rêve pour lui-même même si c’était le fruit de son  dur labeur et de  son travail titanesque . Cela restait son meilleur souvenir.  Il a déjà l’occasion de se mesurer avec les élites mondiaux comme  Jonathan Edwards qui a réalisé le record du monde mythique de 18, 29m à Göteberg le 7 Août 1995 . Mais le hasard lui fait défaut car , il a  toujours un problème avec son pied d’appel qui  était toujours à 5cm de la planche au moment du dernier saut ,  pis encore dame nature, le vent, l’a contré toujours et  ne lui permettait pas de bondir un peu plus loin.  « On ne peut rien faire contre la nature mais le hasard compte beaucoup », a-t-il  poursuivi. Notre invité n’a pas de mauvais souvenir dans sa mémoire car  tous ses efforts ont été toujours recompensés . Carl Lewis, titulaire de neuf médailles olympiques qui  est  l’un des plus grandsathlètes de tous les temps, est son idole .

Maintenant il occupe le poste de directeur interrégional de l’IGE à Antsiranana, un poste qui lui est désigné , mais on s’interroge s’il serait  à la place qu’il lui faut, « If you want to test a man’s character,  give him power »,  dixit  Abraham Lincoln.

NARY RAVONJY

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

3 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. c´est absolument vraie ce que Mr Rakoto en haut a dit. Il y a un peu de mégalomanie, en faite, il ne maitrie pas tous, la plupart loins du compte.

  2. J’ai eu plusieurs fois affaire à avec lui lorsqu’il était inspecteur des douanes à Toamasina. Eh bien désolé de vous décevoir mais il était loin, très loin de l’image que vous en décrivez. Un homme très fier et imbu de lui-même, hautain même. Pourtant, je ne lui demandais pas une faveur extraordinaire ou je ne sais quel arrangement véreux. Je m’inscris totalement en faux à votre analyse. Je reconnais qu’il fut tout de même un grand sportif. D’ailleurs, la première fois que je suis entré dans son bureau, je n’ai pu m’empêcher de m’exclamer « Mais vous êtes le champion ! ». Il n’a pas daigné me répondre sans même relever la tête.

  3. Nary Ravonjy, un ancien de l’UASC Cheminot sous la houlette de Dadatrimo….

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.