CGM : « Derort », un embellissement transversal d’Antananarivo

Geraldine Leong Sang (tout à gauche), Hannah Schuele (au milieu) et Ranja Rasamoelisoa, hier, au CGM Analakely.

Le Cercle Germano Malagasy (CGM) va mettre l’art à l’honneur cette année avec le projet « Derort » qui débutera dès ce mois. Le mouvement « Perf’impro » servira de lièvre.

Le projet « Derort » va embellir l’année culturelle 2020 du CGM. La directrice du centre, Hannah Schuele, a annoncé en public la teneur de leur programme annuel. Cette année donc, le centre compte faire participer les artistes locaux à travers cet évènement. « Derort en allemand veut dire endroit », précise la première responsable du CGM. « C’est un projet qui va durer toute l’année 2020. On le lancera avec un premier grand évènement, le 1er février dans l’après-midi,  avec Perf’impro », ajoute-t-elle.

Dans la forme, le projet est d’investir toute la capitale, de « culturifier » les endroits non conventionnels mais propices à l’expression artistique, comme l’explique Geraldine Leong Sang, chef de file de la compagnie de danse Jiny, la pionnière dans ce projet « Derort ». « La plupart du temps, les artistes s’inspirent de ce qu’il y a autour d’eux, de leur environnement. Ils le reproduisent ensuite dans une salle conventionnelle. Par rapport à Perf’impro, l’idée c’est de trouver comment remercier cet environnement qui nous inspire, nous les artistes. Comment restituer à ces gens qui nous inspirent… ».

A première vue, le CGM va donc jouer sur la proximité cette année. L’art à sa source principale, les gens de tous les jours installés dans leur environnement direct. Une version moderniste de la vision de l’art, loin des clichés élitistes, enfermés, parfois stagnants. Et comme la mode est actuellement à l’appel à projet, le CGM propose aussi aux artistes de soumettre des initiatives. Elles seront évaluées et si elles collent à tous les critères, elles seront financées. « Nous pouvons organiser un Derort dans un quartier. Si un projet cible un quartier d’Ivato, alors on fera un Derort à Ivato », fait savoir Hannah Schuele.

Geraldine Leong Sang, la chef de file de la compagnie Jiny, proposera le « Perf’impro ».

Appel à projets et endroits. La chose est donc dite. Le centre veut travailler avec les artistes malgaches. Il suffit qu’ils ou elles possèdent des projets apportant, entre autres, de l’innovation. Pour l’instant, « il ne faut pas penser à des projets de plus de dix millions d’ariary », souligne avec le sourire, Ranja Rasamoelisoa, coordonnatrice des activités du CGM. Par ailleurs, ce dernier n’hésitera pas à appuyer, avec tout son savoir-faire et son engagement artistique, les propositions retenues. Un appel à endroits sera aussi émis pour les lieux voulant abriter les diverses activités. Quoi qu’il en soit, le centre garde toujours l’ossature de ses programmations. « Derort » ou pas, les concerts et les activités artistiques habituels se tiendront toujours à Analakely.

L’année dernière, le CGM a déjà montré ses perspectives avec le projet « DasHaus », sans doute une des meilleurs activités culturelles à multiples expressions. Combinant plusieurs disciplines comme la danse contemporaine, l’art plastique et la musique… Cette année, le centre veut être plus transversal dans son approche. Perf’impro aura lieu dans des lieux inédits de la capitale du 27 au 30 janvier. Le lancement officiel se fera lui le 1er février, lors d’un voyage artistique vers des endroits « surprises » d’Antananarivo et de ses environs. Les billets sont à récupérer au CGM Analakely.

Maminirina Rado

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.