Exposition : Mythes et traditions traduits en sculpture

Le fameux « Trimobe » en exposition à Paris en 2018.

Quand on grandit dans l’atelier de ferblanterie du plus célèbre sculpteur malgache, la passion se déteint sur soi. Dans la famille de Donné Vy, le travail du fer se transmet de génération en génération. Du haut de ses 24 ans, Fitiavana Ratovo Andriantseheno, l’ainé de la fratrie se dévoile au public malgache à travers « Najina sy ilay miaramila ».  Une exposition qui se tiendra à l’Is’Art Galerie Ampasanimalo à partir du 21 février.  A travers ses œuvres, le jeune homme verse plutôt dans la création d’œuvres artistiques en exploitant les mythes et traditions  malgaches. Son idée est de prôner la valeur, le respect et la préservation des êtres et des lieux sacrés dits « mananjina ».

Si le nom de Donné Vy cache celui de son fils, ce dernier est pourtant un jeune actif qui n’en est plus à ses premiers pas dans le monde de l’art. Effectivement, c’est en 2017 que Fitiavana Ratovo Andriantseheno a participé à l’exposition collective avec d’autres artistes de l’Is’Art Galerie, grâce à sa rencontre fructueuse avec  l’artiste plasticien Tahina Rakotoarivony. Dans la même année, ses œuvres sont exposées au Musée de la photo. Plus tard, c’est à Paris que “Trimobe” trône dans le cadre du Madagasyart ainsi qu’au Craam Ankatso lors de l’International Reggae week.

Ses débuts? C’est quand il avait 15 ans. Il a d’abord commencé  à forger des animaux en fer. S’affairant dans l’atelier de son père, lui et son ami Serge se mettent alors à explorer les horizons. Fer, burin, terre rouge, charbon, carbure… tout y passe. Dans tout ce bric-à-brac, naissent  des œuvres des plus réalistes par le recyclage du fer en se basant sur la technologie.

Zo Toniaina

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.