Mifampitantana 2020 : Njakatiana et Poopy en symbiose avec leur public

Njakatiana et Poopy, très complices au Palais des sports.

De la bonne musique et de la convivialité dans un Palais des sports plein à craquer. Toutes les conditions étaient réunies pour faire du Mifampitantana 2020 le grand show de ce premier trimestre.

Qu’il vente ou qu’il pleuve, the show must go on! C’est main dans la main que Njakatiana et Poopy ont offert un merveilleux cadeau à leurs inconditionnels, hier. Chantant à guichet fermé, les deux  artistes ont confirmé, une fois de plus, leur notoriété de stars. Et c’est en tout bien tout honneur qu’ils ont assuré un show grandiose à la hauteur de leur renommée. C’est en presque cinq heures de temps qu’ils sont venus à bout de 40 morceaux pour le bonheur des spectateurs venus remplir la salle du Palais des sport comme un œuf.

Convivialité. Une scène, deux équipes et des milliers de personnes se mettent au diapason. Sur leur trente-et-un, les deux stars ouvrent les festivités en duo. Les premières notes de « Ilay rivotra » résonnent et s’enchaînent sur « kely loatra ». Sans se faire prier, le public entre de suite dans l’ambiance et rend la convivialité aux artistes.  Entre « Niova dika » et « Tsy aferanao » en passant par les « Izao no izy », « Adiady » et « Aza manitsaka », on ne distingue plus quelle chanson est à qui. Tantôt en duo, tantôt en solo, certains titres de Poopy sont chantés par Njakatiana, à d’autres moments, la diva chante les morceaux du crooner pendant que ce dernier sublime l’ambiance par les sons de son saxophone ou celle de sa guitare. Dans tous les cas, les spectateurs n’ont pas été au bout de leur surprise.

Grand spectacle. Le répertoire a ravi plus d’un. S’ils ont choisi de chanter les titres les moins connus, ils n’ont pas oublié d’y mettre les tubes qui ont fait leur renommée tout au long de ces trois dernières décennies. Côté technique, la bande a fait un sans-faute. Adhérant aux dernières technologies, le show a mérité son nom de spectacle. Exit les décorations farfelues qui ont fait leurs heures, place aux  jeux de lumières à souhait, doublés de fumigène et de pyrotechnie.

Pour le public, c’était un régal pour les oreilles et pour les yeux. « Ils nous en ont mis plein la vue au sens propre du terme », avance Soa Randriantsoa, une grande fan de Poopy. « Evidemment, elle n’a jamais déçu son public mais cette fois, elle a dépassé largement nos attentes, et pour moi, ce mifampitantana sera sûrement le meilleur souvenir de cette année », continue-t-elle.  « Si le monde est au taquet avec la pandémie qu’est le coronavirus, nous, à Madagascar, avons la chance de pouvoir encore bénéficier de notre liberté. Comme nous ne savons pas ce que nous réserve demain, il faut savoir tirer profit des bonnes choses. Et nous ne regrettons en rien notre décision d’assister à ce grand spectacle », avoue Roger Rakotoniaina, un inconditionnel de Njakatiana.

Plus tard dans la soirée, une session acoustique de quatre chansons a émerveillé les fans pour aboutir à un grand medley. Le bouquet final reste, cependant, la participation des représentants du public en la personne du couple qui a gagné le concours de cover sur les réseaux sociaux. Pour beaucoup, ce spectacle d’hier est devenu un moment mémorable à marquer dans les annales.

Zo Toniaina

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.