Musique : Lapé se livre dans « Embona » et « Vavaka »

Lapé, auteur/compositeur, en confinement à son domicile. – Cliquez pour agrandir

Partout dans le monde, le confinement, plus ou moins strict selon le pays, est devenu le pain quotidien. En France, cela fait trois semaines que la population est sommée de rester chez elle. Certains ont la chance de travailler, tandis que d’autres peuvent s’adonner à leurs passions pour échapper à l’oisiveté. Lapé, auteur/compositeur, fait partie de cette deuxième catégorie. Habitant l’hexagone, l’artiste profite de l’occasion pour accoucher de plusieurs titres en « home made studio » évidemment. En acoustique, le style tend plutôt vers une variété de bossanova. Fidèle à son image, le compositeur rappelle ô combien nous restons enracinés à notre pays. « Quand on est confronté à des problèmes de ce genre, la nostalgie gagne de suite les cœurs. On se sent loin de chez soi et des siens. Parfois, c’est difficile et il n’y a que la musique pour faire passer la pillule. Voilà comment « Embona » est né » raconte-t-il. De même, « Vavaka » est une prière en ces temps durs. C’est le moment ou jamais de relever la tête vers le Seigneur, répondre à son appel et marcher selon son sa voie.

Mettant un accent sur la situation actuelle, le chanteur encourage les gens à rester chez eux. « Le coronavirus n’est pas une plaisanterie de mauvais goût. Le combat est commun, et si nous voulons sortir vivants de cette impasse, tout le monde, sans exception, a le devoir de prendre ses responsabilités, chacun à son niveau. Si les soigneurs du monde entier font de leur mieux, à nous de respecter les dispositions de l’Etat. C’est le moins que nous puissions faire. En France, cela fait trois semaines que nous sommes en confinement total. Par ailleurs, je tiens à sensibiliser les malgaches à rester très vigilants. En tout cas, le meilleur moyen de s’en sortir est de respecter le confinement avant qu’il ne soit trop tard, car comme on le dit si souvent, « mieux vaut prévenir que guérir ». Dans les pays les plus touchés, la réalité est terrifiante, surtout dans les hôpitaux et cela peine à voir. Quand on y pense, cela peut arriver à tout le monde, et nous ne voulons en aucun cas perdre un être cher pour avoir été têtu ». Le message est passé !

Zo Toniaina

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.