Portrait : Victor Miadana, le « chuchoteur » de la Première République

De gauche à droite Haïlé Sélassié, Philibert Tsiranana, Victor Miadana (1965).

Il était le contemporain des Jaozandry Joseph, Totolehibe Felix, Justin Bezara, Joseph Raseta. Il était un personnage clé des années 1950. On le surnommait le Sojabe grâce à son éloquence et ses discours émouvants. Il était l’un des conseillers du président Tsiranana durant la Première République. Partisan de « l’équilibre régionale », Victor Miadana a consacré sa vie à l’éducation.

Originaire de la région Sofia, Victor Miadana est né en 1920 à Ambodimandresy. Fils d’un paysan assez aisé et aîné de la famille, il avait un caractère décisif. A l’age de 12 ans, il s’instruit à l’école d’Ambodimandresy, puis à l’école régionale d’Analalava jusqu’en 1939, ensuite il débarque à Antananarivo et poursuit ses études à l’école le Myre de Vilers en 1940. Après avoir eu son diplôme, il retourne dans sa région natale et réalise son rêve depuis l’enfance, être enseignant. Il exerce ses fonctions à Mandritsara, puis à Marotandrano, à Analalava, à Ambohijanahary et à Antananarivo. À la fin des années 1940, Miadana part en France pour poursuivre ses études à l’École normale de Nice, de 1948 à 1952. Il retourne au pays en 1953 et devient enseignant à Antsiranana.

Raiamandreny d’Antsiranana. Ambitieux, Victor Miadana se lance dans la politique en 1957, il est élu à l’assemblée provinciale de Diego-Suarez le 31 mars sur la liste d’union pour la défense du nord ; puis réélu pour la mandature 1960-1964. Il occupe successivement les postes de secrétaire d’Etat délégué à la province de Diego-Suarez en 1959, secrétaire d’Etat auprès du ministre des Finances chargé de l’économie à Antananarivo, ministre des Finances et du budget de 1963 à 1965 et président de l’institut d’émission de monnaie. Victor Miadana devient ensuite député de Mandritsara de 1964 à 1972 et maire de la même ville de 1964 à 1976 ; il assure également les fonctions de vice-président du gouvernement et ministre d’Etat chargé des Finances et du commerce, nommé par Philibert Tsiranana, de 1966 à 1972.

Lors de la chute de la première République malgache de Philibert Tsiranana, il est arrêté puis emprisonné en 1973. Accusé de fomenter une guerre tribale, il passe un an en prison avant que son procès débouche sur un non-lieu. Miadana revient sur la scène politique en 1992, lorsqu’il est nommé médiateur de la République. Il a également reçu le statut de Sojabe (sage), une reconnaissance de son expérience par la population locale.

Il s’éteint en février 2002 après avoir accompli sa mission avec fierté.

Receuillis par Iss Heridiny

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

2 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. Bonjour William, je suis le fils de Victor MIADANA. Désolé si je vous réponds un peu tard.
    Je voudrais plus d’informations en ce qui vous concerne car , je ne me souviens pas de vous.
    Merci
    Augustin

  2. Je me permets d’en ajouter, le connaissant personnellement, ayant été accueillie en demi-pension dans sa résidence à côté de mon lycée Jules Ferry, de 1963 en 1970.
    Il était déjà Ministre des Finances et du Commerce et Vice Président du Gouvernement auprès de Philibert Tsiranana de 1960 en 1972.
    Ce que je veux ajouter, c’est qu’il était VRAIMENT un homme admirable (dans tous les sens du terme) car il avait (comme tous les grands de ce monde) une femme remarquable à ses côtés : Madame Miadana Denise.
    En bref, Je suis parmi ceux à qui ils avaient tendu la main, sans rien attendre en retour …
    Et ma réussite dans ma très longue vie, c’est aussi grâce à eux.
    Alors, si quelqu’un veut des preuves ou en savoir plus, je suis là.
    Je dois bien ça à mes parents.
    Kitty WILLIAM

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.