Lu pour vous : La médaille de Danielle Steel

Le courage de sa grand-mère avait été pour elle une source inépuisable d’inspiration et de motivation. Gaëlle incarnait à ses yeux le parfait exemple de ce qu’un être humain devrait être.

Alors que l’on pourrait s’attendre à un déclin de la plume de Danielle Steel à l’image d’une Mary Higgins Clark, souvent décriée ces dernières années de ne proposer que du contenu réchauffé, l’auteure de la médaille nous prouve le contraire.
Il s’agit probablement de l’un des meilleurs romans de l’auteure. Elle est parvenue à nous proposer une intrigue qui ne correspond pas à ses habitudes. Nous découvrons ainsi le parcours formidable d’une jeune française en quête « indirecte » de la reconnaissance de la France de ses actes de bravoure pendant la seconde guerre mondiale.
Alors que Danielle aurait pu se contenter de narrer les exploits de l’héroïne pendant cette sombre période, elle fait le choix de nous proposer une immersion totale dans sa vie avant la guerre, pendant celle-ci, mais surtout les années qui suivirent. Comme toujours, son récit est captivant, même si on est bien loin du chef d’œuvre de littérature ! L’intrigue est relativement prévisible, parfois un peu trop pleine de bons sentiments, mais on s’immerge très facilement dans l’histoire émouvante de Gaëlle. Certes, c’est sentimental, mais c’est finalement pour mieux nous divertir ! L’auteure aborde des problèmes de société très actuels que l’on ne s’attend forcément pas à lire dans une romance historique ! Là où il aurait été facile de sombrer dans le pathos, Danielle Steel préfère rappeler combien la vie est imprévisible dans ce qu’elle a de pire mais surtout dans ce qu’elle a de meilleur. Il se dégage de la médaille un message d’optimisme et d’espoir selon lequel il est toujours possible de refaire sa vie, même quand les obstacles semblent insurmontables.

Les récits historiques nous permettent, en quelques clics, de saisir la gravité des événements de ces sombres années et bien souvent, nous ne pouvons qu’imaginer ce qu’il s’est passé. Danielle Steel ne donne pas l’impression de vouloir expliquer ces événements tragiques, mais bien de nous les faire vivre en direct. Lorsque le père de Gaëlle est assassiné sous nos yeux, tout semble s’effondrer autour du lecteur où l’on en vient à se rendre compte du sang froid de ces hommes qui exécutaient les ordres d’un tyran.
Après ces quelques chapitres remplis d’émotions, on découvre une toute nouvelle histoire. Celle d’une jeune héroïne de la guerre qui souhaite mettre les événements passés derrière elle pour se consacrer à sa vie privée et professionnelle. Danielle Steel aborde alors des sujets très actuels, qui permettent à la plupart de ses lecteurs de s’identifier à l’une ou l’autre situation. La différence d’âge, l’enfant roi, la perte d’un être cher, l’acceptation d’aimer une autre personne, le rejet d’un enfant… Danielle Steel rend également hommage à son fils disparu, Nick…
Est-il encore important de préciser que la plume de l’auteure est exceptionnellement simple et nous permet, en quelques mots, de nous immerger dans son univers ?
Quelle leçon de vie de lire l’histoire d’une femme qui ne souhaite pas recevoir de félicitation pour ses actes héroïques sous prétexte qu’elle ait « fait ce qu’il fallait faire ». Si seulement, notre société pouvait se montrer aussi modeste…

Recueillis par Maminirina Rado

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.