Hommage : Richard Andréas, un pilier de l’église luthérienne

Richard Andréas, une figure qui restera à jamais liée à l’église luthérienne malgache.

Homme d’église, homme de fraternité. Richard Andréas, décédé dans la nuit du 24 juillet au crépuscule de l’âge, il a été de tous les combats et de toutes les victoires de l’église luthérienne malgache. Né le 23 juillet 1949, à Tolagnaro, son enfance s’est forgée à Fianarantsoa et Toliara. Au tout début, il s’est distingué dans le sport. En tant que gardien de but de hand–ball. D’ailleurs, la famille est assez sportive, en plus d’être pieuse. Plus tard, Richard Andréas a fini dans la célèbre équipe du Saint Michel. Fils de Johnson Andréas, un fonctionnaire, et de Georgine Dewa, il a dû trouver très tôt un travail en 1970 à cause du décès prématuré de son père. C’est dire du sens de responsabilité du jeune homme à l’époque. Il est recruté comme rédacteur au niveau de la Caisse Nationale de Prévoyance Sociale, ou Cnaps. De métier en métier, il devient ensuite le trésorier de l’église luthérienne malgache. Depuis, il ne s’est plus éloigné de cette confession et grimpe les échelons pour en devenir une des personnalités incontournables.

Cependant, entre temps, le devoir citoyen lui a dirigé vers des fonctions au sein du pouvoir. Il compile les emplois de conseillers techniques au niveau du ministère de l’Environnement et des Forêts, plus tard, il est conseiller technique au niveau de la Présidence de la République malgache de 2014 à 2018. Jusqu’à son décès, il est administrateur de l’Angap, ou l’Association Nationale de la Gestion des Aires Protégées. Il est difficile de citer ici toutes les responsabilités qu’il a tenu, cela nécessiterait tout un livre. Son parcours religieux a connu deux grands tournants, sa rencontre en 1973 avec Germaine Volahavana, ou Neny Lava. Et ensuite, avec Lalasoa Rakotojoelimaria, décédé en 2018. Ce dernier, suivait une formation biblique au sein de la GBT. En 1977, les deux compères et quelques apprentis médecins venus de la capitale rejoignent Ankaramalaza, pour apporter des vivres. Richard Andréas est devenu un pilier de l’église, reconnu pour son humilité et sa fraternité avec les autres obédiences.

Maminirina Rado

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Un Commentaire - Ecrire un commentaire

  1. Son père, ANDREAS Johnson est originaire de Sandravinany (district de Vangaindrano), commune rurale d’où sont également issus feu Colonel Bréchard RAJAONARISON et son neveu Général RAYMOND décédé dans des conditions inextricables à l’hôpital de Fianarantsoa suite au « rotaka à la sauce RAVALOMANANA » de 2002. Toutefois, ses parents ont quitté Sandravinany pour s’installer à Fort-Dauphin, pour bien assurer l’éducation de ses enfants, dont les plus illustres ELIA Johnson, père de l’ex-Ministre de la Fonction Publique et du Travail du temps de Président RAVALOMANANA, MAHARAVO Rodelys, était député-maire durant la 1ère République, et ANDREAS Johnson, père des Ministres ANDREAS Claude (Agriculture dans le Gouvernement RAZANAMASY), ANDREAS Monique (Décentralisation dans le Gouvernement Jacques SYLLA), ANDREAS Irène (Tourisme durant la Transition d’Andry RAJOELINA), était Commissaire Divisionnaire!
    C’est pour dire que cette famille, d’obédience FLM, étaient des serviteurs de Dieu, et a donné des hauts commis à l’Etat Malgache à travers les diverses Républiques et les péripéties y afférentes.
    Si je ne me trompe pas, ANDREAS Richard était même goal de l’équipe nationale de handball!

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.