Histoire : Un maigre salaire pour les travailleurs malgaches pendant la Colonisation

Colonisation. (crédits photos : Musée de la Photographie)

Dans les années 1920, l’autorité coloniale envisageait d’avoir plus de main-d’œuvre pour augmenter la quantité des matières premières dont la métropole avait besoin. Alors le gouverneur général de l’époque a créé le SMOTIG. Ce service sert à résoudre le problème de la main-d’œuvre. De plus, la population malgache subit lourdement l’impôt qui est réservé uniquement aux hommes ayant plus de 18 ans. Il est sans doute vrai que ces impôts sont l’un des moyens pour contrôler la population malgache dans la mesure où à partir de ce moment, le travail devient obligatoire pour avoir la chance de payer l’impôt. En cas de non-paiement, la personne en question doit travailler pour l’Administration sous forme de travail gratuit. Les colonisateurs adoptent le fameux principe: l’impôt joue un rôle moralisateur et éducateur. On peut accepter ce principe parce que les Africains, en général, et les Malgaches, en particulier, n’ont pas l’habitude de travailler pour avoir un surplus mais se contentent uniquement de l’autosubsistance. Avec cette habitude africaine, il est difficile d’avoir le développement car ce dernier dépend étroitement du succès et de l’épargne. Et avec ces deux, on peut trouver une amélioration des conditions de vie qui est le droit humain et constitue une obligation. Ce qui différencie l’être humain des animaux. Ce principe veut également apprendre aux Africains à travailler dur pour gagner quelque chose. Il encourage les Africains et les Malgaches à aimer le travail. Mais de l’autre côté, ce principe présentait une certaine ambigüité parce qu’à l’époque, l’impôt pesait lourdement sur les indigènes. C’est un moyen pour asservir les Malgaches. Ces derniers sont obligés de travailler chez les colons pour certains afin d’avoir de l’argent avec un salaire très bas. Le salaire ne suit pas l’inflation. Le pouvoir d’achat est véritablement faible étant donné que le prix du riz, qui est l’aliment de base des Malgaches et la principale production de ce district reste 30 francs le kilo. Avec cet argent on peut payer l’impôt. Mais on affirme que ce sont les colonisateurs qui bénéficient de ce système car non seulement ils perçoivent l’impôt régulièrement mais encore ils peuvent contrôler les mouvements de la population. Le salaire ne correspond pas à la durée du travail effectué. Ils sont conscients que l’argent est important pour les colonies. Les Malgaches vendent leur force pour se procurer de l’argent afin de payer l’impôt.

Iss Heridiny

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Un Commentaire - Ecrire un commentaire

  1. · Edit

    il faut préciser qu’à l’époque, 30 francs c’est 0.23 francs….ou 23 centimes qui correspondait à l’époque à 1 timbre poste….. combien j’ai connu de vieux dadabe qui me parlaient du temps béni de la colonisation…..l’hôpital malgache était la meilleure de l’océan indien….les réunionnais venaient s’y faire soigner….et puis la colonisation ce fut aussi les routes, les ports, les aéroports et même le chemin de fer, l’électricité… que retenir des indépendances ? que le petit peuple s’est fait avoir….le secret de la démocratie, c’est de faire croire au peuple que sa voix est audible….

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.