Peuple de la forêt :  D’une peuplade à une population 

Les Bezanozano forment une des ethnies de Madagascar, habitant une bande de terre forestière située entre la partie orientale du pays mérina et la région côtière occupée par les Betsimisarakas du sud, le long du haut Mangoro. La principale localité du pays Bezanozano est la ville de Moramanga dont, cependant, la majeure partie des habitants actuels sont originaires d’autres régions de l’île, notamment de l’Imerina.

Bezanozano, différentes significations ont été attribuées à ce nom selon le dictionnaire Firaketana sy fiteny sy ny zavatra malagasy qui en fournit quelques-unes. Certains affirment que le mot Bezanozano vient de la coiffure, caractérisée par des tresses zano, et portée par les hommes et par les femmes d’autrefois. D’autres parlent d’un certain Bezanoro, habitant en amont presqu’à l’ouest, non loin de Manjakandriana ou d’Ambatolaona. Attaqué par les Merina, cet homme se serait enfui vers l’est de Mangoro et y serait demeuré avec ses descendants, devenant un groupe appelé Bezanozano qui signifierait « changer ». Cependant, certains affirment que cette appellation provient d’une essence appelée  « Zano » un arbuste répandu autrefois.

L’origine de la formation du groupe, on trouve cet épisode rapporté par Chardenoux : « sortaient du nommé Rhafanala d’Emirne, lequel ayant trois enfants… Quelques temps après il y eut une guerre entre les Betsileo du Nord avec les Betsimsarra du côté de Foulpointe. Ces derniers étant les plus forts les chassèrent dans l’intérieur jusque dans les bois d’Ancaye… Ils virent que cette province était établie, vinrent trouver Raphanala, firent alliance… Désirant à leur tour s’agrandir et former une peuplade… Ils vinrent trouver Raphanala et… communiquèrent leur projet et le désir qu’ils avaient qu’ils suivirent avec tout son monde. Mais Rhafanala, attaché à son pays qu’il avait établi lui-même… Alors les Betsileo quittèrent… Ancaye et… puisqu’il (Rhafanala) ne voulait pas les suivre, qu’il n’avait qu’à rester avec tous ces bois debout, qui lui servirait de compagnie, et qu’ils le nommeraient de ce nom (qui signifie Bézaonzons) ou bois debout, c’est depuis cette époque qu’on les appelle ainsi. »

Si par le passé les Bezanozano étaient connus par le trafic d’esclaves et de bétail, ils soutenaient des guerres qui leur procuraient un nombre considérable de captifs, livrés à la traite.

L’histoire bezanozano s’est mélangée avec celle des Merina au début du règne de Ralambo jusqu’au règne de Radama I. Cette unification entre les deux peuples est le fruit d’une colonisation par les Merina. Lorsque les Bezanozano furent vaincus, les agents du pouvoir de Tananarive sont devenus les maîtres de l’Ankay. L’environnement physique et l’histoire du peuple bezanozano ont également contribué à la formation de son patrimoine culturel.

Iss Heridiny

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.