« Homosexualité à Madagascar : En parler à l’Eglise ? », un discours sans recul de Séraphin Handriniaina

Couverure de « Homosexualité à Madagascar : En parler à l’Eglise ? »

Sujet brûlant actuellement, l’homosexualité a ressurgi dans la sphère sociale comme un boulet brûlant après la récente déclaration du pape sur ce qui a été qualifiée de mauvaise compréhension, voire de mauvaise foi, de certaines personnes et journalistes. Malgré cela, des chercheurs malgaches ont décortiqué ce sujet, un risque à prendre, dans une société traditionnellement contre le mariage pour tous. Le livre de l’abbé Séraphin Handriniaina (Editions Harmatan, 2019), « Homosexualité à Madagascar : En parler à l’Eglise ? », est loin d’être un brûlot. C’est son regard d’ecclésiaste qui prévaut tout en s’éloignant du discours pompeux et moraliste. Dont voici un extrait, « Une relation difficile  entre la sexualité et la religion a existé depuis des siècles. En ce qui concerne la religion chrétienne, par exemple, la sexualité est souvent considérée comme un sujet que l’Eglise ne peut et ni ne doit aborder ». Tout y est dit. Il faut tout de même un jour en parler, dans le cadre de cette foi ayant toujours accompagné une partie de l’histoire mondiale. « Le fait de parler de l’homosexualité dans un pays comme Madagascar et surtout dans le cadre de l’Eglise, est-ce un risque ou une ouverture ? Ce travail nous met devant une réalité qui ne peut plus être cachée, une situation que certains fils et filles de Dieu vivent avec beaucoup de difficulté. Des hommes et des femmes vivent en cachette, puisque leur sexualité n’est pas compatible avec la société, avec l’enseignement de l’Eglise et même avec la volonté de Dieu, comme on le dit souvent. Cette réflexion invite tous ceux et celles qui vivent l’homosexualité à être au clair sur leur situation, tout en espérant trouver leur place dans l’Eglise puisqu’ils sont enfants de Dieu. Cependant, elle rappelle également l’enseignement de l’Eglise sur la sexualité et son attitude pastorale envers toutes les personnes, surtout celles qui sont vulnérables ou marginalisées à cause de leur orientation sexuelle. Dans cette réflexion, l’idée de condamnation ou de jugement n’est pas l’option de ce livre. Pourtant, la compréhension de la pastorale de l’Eglise est capitale. Le but de ce travail n’est pas non plus de banaliser la sexualité, ni même de lui enlever son caractère privé et personnel. Il invite plutôt chacune et chacun à vivre sa sexualité d’une manière épanouie avec Dieu, sans négliger la valeur positive de la sexualité trouvée dans la différence sexuelle ».

Recueillis par Maminirina Rado

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.