Inauguration : Ankanin’ny Kolontsaina Soamiely fait peau neuve

Une partie des jeunes membres du Centre Culturel Soamiely pendant leur représentation à la célébration des 10 ans de l’association. (crédit photo : Soamiely)

Dix ans que le centre culturel Soamiely existe. Samedi, la plateforme inaugurera ses nouvelles infrastructures en grande pompe. Au programme, vakodrazana, danse et grand show de Tselonina.

Bonne nouvelle pour les inconditionnels d’Ingahibe Tselonina. Samedi, la star montera sur scène du côté d’Ampitatafika. Un après-midi anodin pour certain mais significatif pour une centaine d’enfants qui prendront part à l’inauguration du centre culturel Soamiely. Cela fait dix ans que plusieurs dizaines d’enfants issus de milieux défavorisés, de 5 à 15 ans, trouvent leur bonheur au sein de l’association Soamiely. De ce fait, l’activité s’étend et se mue dorénavant en centre culturel, voire une pépinière de jeunes artistes. Pour ces jeunes, ce samedi marquera un tournant dans leur jeune carrière artistique en partageant la scène avec un aussi grand nom que Tselonina. Effectivement, il n’est pas donné à beaucoup de monde d’avoir la fierté d’apparaître aux côtés d’illustres artistes à un aussi jeune âge.

D’après Bakoly Rasoeliharimanana, fondatrice de l’Association Soamiely, ces dix dernières années ont été consacrées à l’éducation des enfants tout en stimulant leur talent artistique. « L’idée est de planter la graine et de les faire aimer l’art et la culture malgache», relate-t-elle, « c’est pour cela que le vakodrazana, la danse malgache et l’apprentissage de la valiha et de la percussion ont une place prépondérante dans nos activités. Par ailleurs, les troupes de chaque section dévoileront leur savoir-faire durant l’inauguration. »

Comme l’indépendance financière est de mise pour l’Association Soamiely, les responsables se pencheront désormais beaucoup plus sur l’amélioration de l’éducation à travers l’art, et du réveil artistique. Toujours selon Bakoly Rasoeliharimanana « Il est important pour nous de leur faire savoir, et conscientiser leur proche que ces enfants ont le même droit que ceux qui foulent les bancs de l’école, d’avoir la chance de s’en sortir, d’avoir une meilleure condition de vie grâce à leur talents respectifs, de pouvoir contribuer au développement du pays, et d’apporter du changement au niveau de la société, au même titre que les autres. » Le tout se passera donc samedi après-midi à André Ambohitra Ampitatafika.

Zo Toniaina

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.