Lutherie : « Tady », le Ukulélé malgache résonne enfin entre nos murs

Quelques échantillons d’Ukulélés fabriqués entièrement à Madagascar par les jeunes luthiers malgaches de Tady.

La musique est partout à Madagascar, jouée, chantée et enseignée dès le plus jeune âge. Mais ironie du sort, le pays ne compte que très peu de fabricants d’instruments de musique. Néanmoins, les choses sont sur le point de changer, notamment avec l’audace et la volonté de quelques passionnés comme Kanto Rabenarivo, fondatrice de « Tady », une marque d’Ukulélé 100 % malgache.

La marque Tady, qui fait référence à la corde, mais aussi à la ficelle qui relie les amoureux de l’Art, est née en 2020 de Kanto Rabenarivo, passionnée de musique et multi-instrumentiste. L’idée de fabriquer de la guitare lui serait venue après un exposé en classe traitant la question « comment personnaliser une guitare? ». Au départ, elle concevait des guitares avec ses collaborateurs, puis a changé de direction lorsqu’elle s’est aperçue que le Ukulélé est plus adapté si la marque souhaite personnaliser l’instrument en jouant avec les couleurs. De plus, comme il s’agit d’un instrument encore peu connu localement, c’était parfait pour se distinguer. Ce qui est chose faite aujourd’hui puisque Tady est la première marque d’Ukulélé malgache.

Vita Malagasy. Selon Kanto Rabenarivo, le « fabriqué à Madagascar » ou Vita Malagasy n’est pas encore très honoré localement. « C’est la raison pour laquelle nous existons ; pour essayer de promouvoir l’art Malagasy et faire vivre par la même occasion l’artiste Malagasy », a-t-elle expliqué. Pour cette férue de musique, il faut essayer par tous les moyens de montrer que les Malgaches peuvent faire dans la qualité. Notons que les luthiers qui conçoivent les guitares pour la marque n’ont pas fait d’études spécifiques à l’étranger. D’après ce qu’a dit la fondatrice de la marque, « Ils ont de l’expérience grâce à leurs aînés ». Mais une autre question se pose, les Malgaches s’intéressent-ils au Ukulélé ? Kanto nous explique qu’il y avait une réticence du public au départ, mais qu’à force de travail et de persévérance, les gens commencent à s’intéresser à cet instrument. D’ailleurs, la marque se fixe comme mission de faire connaître le Ukulélé au pays.

En ligne. Pour l’instant, les ukulélés « Tady » sont mis en vente exclusivement en ligne, même si l’ouverture d’une boutique pignon sur rue reste envisageable dans le futur. Les luthiers de chez Tady privilégient les panneaux contreplaqués, l’épicéa, le palissandre, et le bois massif pour la fabrication de l’instrument. Toutefois, comme chaque produit est réalisé sur-mesure, ils les réalisent selon la demande du client.

Ce qui est frappant aussi avec cette jeune marque, c’est qu’elle propose des services dignes des grandes marques avec un site Internet fonctionnel, une présence sur les réseaux sociaux, et un service après-vente. De quoi inspirer ceux qui comptent ouvrir leurs propres entreprises.

Anja RANDRIAMAHEFA

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Un Commentaire - Ecrire un commentaire

  1. Bj ,à Mayotte ,il y a un joueur de kabosy qui , c’est un monsieur qui vient de la région des Betsileo , et qui jongle parfaitement le kabosy , il s’appelle Modeste Rakotozafy , depuis 1 an maintenant , force de changer tout le temps des cordes , il a pris 2 ukulélés électro-acoustique , avec la même d’accordage des cordes que les kabosy , il a composé pas mal de morceaux , il a déjà produit quelques albums , ça fait presque 20 ans que je l’ai connu , c’est un talentueux , et un humble artiste , il ne joue presque que des Rija – Betsileo .

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.