Trad roots : Un album dénommé “Misafiry” en vue

Teta sortira, si les dieux de la musique et de la santé se conviennent, cette année « Miasfiry », un nouvel album.

A Toliara, les choses évoluent et Teta fait partie de ces gens qui font bouger le microcosme musical sur place. Après de longs mois de confinement, il prépare une année 2021 en trombe. Avec beaucoup de temps pour créer durant la crise sanitaire, un nouvel album pourrait se profiler à l’horizon. Après des tournées à sillonner le monde, il s’est calfeutré dans la cité avec sa famille, une période également pour faire un retour aux sources. Guitar hero malgache, parolier de la paix et de la fraternité, il répond à quelques questions sur ses projets et son vécu sur ce long moment de stand-by.

Midi Madagasikara : Vous étiez silencieux depuis plusieurs mois, qu’est-ce qui se passe maintenant de votre côté sur le plan musical ?

Teta : En ce moment, on observe le déroulement des choses et sûrement il y aura quelque chose, les recherches continuent toujours.

MM : Vous avez composé des titres durant le confinement ?

T : Oui, beaucoup. Je n’arriverai pas à les énumérer tous. Mais elles parlent de ce que nous vivons au quotidien, cela intègre votre inspiration et vous crée quelque chose à partir de cela. La musique c’est la vie.

MM : Pour cette année, qu’est-ce que vous préparez ?

T : Un album, c’est un projet qui me tient à cœur en ce moment. Même si nous sommes dans une période difficile, il faut essayer de faire avec le peu qu’on a. Le titre c’est « Misafiry », c’est le message principal de cet album. « Misafiry » cela veut dire que même si on passe des périodes terribles, on peut toujours transformer cela en quelque chose de bien. Et aussi que, quand il y a des choses de mal que nous faisons, il ne faut pas se complaire à le continuer. J’y intégrerai des titres comme « Alamino », un morceau que j’ai déjà joué, mais bon!

MM : Vous avez travaillé récemment avec Kay Kenny, d’où un titre comme « Ambarambarao »…

T : Oui, c’est vrai. Mais à cause de cette crise sanitaire, voilà. Donc, je ne pense pas que cela va s’arrêter.

MM : Comment avez-vous vécu cette année 2020 ?

T : Tout le monde a vécu cette crise comme moi. Il y a des impacts, soit sur le mental, soit sur la vie en général. Il y a eu des leçons à tirer, pleines de leçons à tirer. Comment avancer ? Comment sortir des mauvaises habitudes qui freinent le développement ?

MM : Mais vous avez eu l’occasion d’avoir retrouvé vos sources après ces voyages en Europe et ailleurs…

T : Il n’y a rien de mal à retrouver les sources. Si vous oubliez vos sources, vous oubliez beaucoup de choses. Même ce que vous voulez développer en vous, vous serez obligé d’en créer. Alors, vaut mieux améliorer vos propres sources pour s’adapter au contemporain et oublier.

Propos recueillis par Maminirina Rado

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.