Danse contemporaine : « Danse pour tous » sur un semestre

Julier Arisoa, initiatrice de « Danse pour tous », allie parfois chorégraphie et performance.

Du 15 janvier au 15 juin, « Danse pour tous » sera une série de différents évènements et activités autour de la danse. La majorité des activités se dérouleront au Studio de danse Maray à Androndra mais il y aura également des performances dans certains lieux d’accueil de spectacles de la capitale et des lieux publics ainsi que des ateliers dans quelques établissements scolaires d’Antananarivo. La série commencera vendredi avec la formation « Danse pour tous pro », pour niveau avancé et intermédiaire et une formation « Danse pour tous ». La formation consiste en des cours réguliers approfondis qui se dérouleront tout au long de ce premier semestre. Il y aura des chorégraphes et professeurs de danse renommés qui y partageront et transmettront leurs connaissances. Le but est de donner une base solide aux participants en termes de danse pour qu’ils puissent renforcer leurs acquis et évoluer à leur tour en tant que danseurs et/ou chorégraphe. Ce premier mois de la formation se fera avec Rs Razaf, un professeur de danse reconnu dans la capitale pour enseigner la danse « afro house ». A part les cours, les ateliers et les performances, il y aura également une rencontre artistique bimestrielle : « Tafa sy kanto ». « Durant laquelle on invite un artiste de la danse à partager une courte performance et à échanger avec son public. Pour la première qui se déroulera au Studio Maray Androndra début février, on a invité ‘’Labibliotekroz.cie’’. Tous ces évènements autour de la danse qu’on organise cette année à part leur objectif de rendre l’art accessible à tous, sont également dans la démarche de donner du travail à ceux qui sont déjà professionnels dans le milieu de la danse, vu que ce secteur est l’un de ceux qu’on a tendance à oublier durant cette période particulière de la pandémie qui a bouleversé le monde. Nous sommes également convaincus que la société a actuellement plus que jamais besoin d’accès à l’art », souligne Julie Arisoa, dans l’équipe d’organisation de « Danse pour tous ». Pour cette année, ce projet est possible grâce au précieux soutien financier du « Fond africain pour la culture » qui permettra de donner les cachets aux artistes, de rendre gratuits tous les accès aux activités et de payer une partie des autres charges autour du projet. « Danse pour tous » existe depuis 2015 à l’initiative de Julie Iarisoa et de la Cie de danse Anjorombala, pour ses précédentes éditions, il était sous forme de cours de danse hebdomadaires gratuits pour tous qui se déroulaient majoritairement au Studio de danse Maray.

Recueillis par Maminirina Rado

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.