Livre : Sortie de « Gardens of Mars : Madagascar, an history Island »

La couverture de « Gardens of Mars : Madagascar, an history Island »

Dans « Gardens of Mars : Madagascar, an history Island », paru il y a quelques jours, l’anglais John Gimlette écrit avec optimisme sur l’avenir de la Grande Île. Bien qu’il décrive un pays noyé dans la corruption. Il loue par ailleurs l’opiniâtreté et l’intelligence du peuple, trouvant toujours les moyens de s’en sortir. Sans vouloir jouer au misérabilisme, l’auteur déploie quelques points de vue personnels, à prendre comme des critiques, sur les faiblesses contemporaines du pays.

Comme la fuite des cerveaux, surtout vers la France ou les pays francophones. Il donne aussi des chiffres assez grisants, comme quoi deux millions de tananariviens vivent avec seulement un euro ou en dessous. En dressant un tableau des moins attrayants, il apporte cependant des éléments d’espoir. Pour lui Madagascar sera « un hub numérique » et que l’industrie va employer plus de 50 000 personnes.

La raison est que le pays bénéficie de la 4G la plus rapide de l’Afrique, il n’a pas précisé qu’il est aussi l’un des plus coûteux. Dans l’ensemble, le livre se ressemble plutôt à un carnet de voyage d’un touriste éclairé. Donc, le lecteur y retrouve des raccourcis et quelques approximations. Il qualifie par exemple, le président Andry Rajoelina, « d’avoir débuté en tant que Dj », dans des stations radios.

Et que Ravalomanana, en tant qu’anglophone, a été chassé du pouvoir avec l’appui des français et des russes. À se demander d’où il tient ces affirmations. Par ailleurs, entre images et lecture positive d’un pays, le livre donne un bol d’air frais à un lecteur en quête d’une lecture ludique. John Gimlette a aussi écrit des livres/carnets de voyage sur le Sri Lanka et le Suriname.

Maminirina Rado

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.