Littérature : « Fonoka sy Kalo », le premier recueil de poèmes de Randy

Avant ce « Fonoka sy Kalo », Randy a déjà sorti « La Saga Mahaleo » et « Jaojoby Eusèbe, du rhythm and blues au salegy » respectivement en 2007 et en 2008. (photo : Anja)

Parfois, les poètes sont de bons journalistes, et parfois, les journalistes sont de bons poètes. C’est dans cette deuxième configuration que « Fonoka sy Kalo », le recueil de poèmes du journaliste Randy est sorti publiquement le 30 janvier 2021. 31 poèmes datant de 1986 à 2014 réunis dans un seul ouvrage, le troisième de Randy en tant qu’écrivain, et surtout le seul entièrement en malagasy. À la lecture, c’est un long voyage de plusieurs années dans l’esprit du poète et de sa perception de la vie sociale à Madagascar. L’amour, la politique et les sentiments de la vie quotidienne sont tous abordés dans ce recueil. Quant au ton, il varie d’une page à l’autre, tantôt mélancolique, tantôt timide, et le plus souvent révolté. Randy s’exprime avec une certaine liberté à travers ses écrits, sans pour autant négliger la forme de son art. Selon la préface de Ranoe, « Randy est un libre penseur, et libre dans sa manière de voir les choses ». Remarquons également que la majorité des poèmes du recueil sont signés durant la nuit, ce qui peut expliquer cet univers assez sombre, si typique de la littérature malgache. D’ailleurs, à ce propos, il y a un poème qui traite de la nuit dans « Fonoka sy Kalo » et qui dit « Ny alina no tempoliko, Iangonako isan’andro… », à lire dans son intégralité pour mieux pénétrer l’univers de Randy. Enfin, à titre d’information, ce recueil de poèmes a été édité par Dread éditions  et présenté pour la première fois à un public d’initiés à Le Park Bemasoandro Itaosy lors de l’événement « Alimbetson’ny Poeta sy Mpihira », samedi dernier.

Anja RANDRIAMAHEFA

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.