Sillon du passé : La tradition malgache persiste malgré la colonisation 

La période qui précède la colonisation est caractérisée chez les Malgaches, en général et chez les Sakalava du Nord-ouest en particulier, par l’autorité du roi.  En principe, pour les sociétés sakalava conservatrices, les ampanjaka jouent un rôle primordial dans le fondement des institutions traditionnelles. Alors, la tradition en tant qu’héritage du passé laissé par les ancêtres, dispose des règles et des tabous à bien respecter et se transmettent de génération en génération. La cérémonie rituelle de Fitampoha à Majunga l’illustre d’une manière palpable. Au niveau familial, les enfants accordent un grand respect envers les raiamandreny et les vieillards. Les femmes et les enfants se trouvent subordonnés des hommes adultes. Dans les sociétés du Nord-Ouest, les enfants n’ont pas le droit d’interrompre la parole des adultes « volañ’olobe tsy azo valiaña » sinon ceux-là risquent des châtiments. Dans la région occidentale de Madagascar, la modernité devient l’ennemi de la tradition ancestrale. C’est pour cela que, les Sakalava surtout sous l’autorité royale vivent dans la simplicité dans leurs petits villages, de petites parcelles de champs de riz, de manioc, de banane,… et où leurs maisons sont fabriquées en bois et du mur en ketikety (branche de raphia) avec les parcs à zébu à côté.

En effet, les hommes et les femmes jouissent de statuts différents dans la hiérarchie sociale, ces dernières sont considérées comme des êtres fragiles qui méritent la protection des hommes selon le dicton local « Akohovavy tsy maneno », les poules ne chantent pas. Elles ont presque le même statut que les enfants et ne participent pas aux affaires politiques, ne jouant qu’un rôle secondaire.

Par ailleurs, leurs occupations se limitent à la maintenance du foyer et des enfants. La plupart d’entre elles sont destinées au mariage malgré leur âge, de 14 à 17 ans. Cette situation est constatée surout dans la société tsimihety dont l’organisation traditionnelle sociale se trouve entre les mains des conseils des Sojabe. En un mot, le respect des règles sociales et la tradition est un moyen de sauvegarder les us et coutumes des ancêtres pour le bien-être de la société bien que Madagascar ait été colonisé par la France.

Iss Heridiny

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.