Les chefs d’Institution de la IVe République



Jacaranda
Le principe de la séparation des pouvoirs garantit l’indépendance des Institutions de la Quatrième République.
Le principe de la séparation des pouvoirs garantit l’indépendance des Institutions de la Quatrième République.

Les Présidentielles de décembre 2013 ont déclenché le processus de réinstitutionnalisation de Madagascar après une longue crise de cinq ans suite à un changement anti-constitutionnel en 2009. Ces élections ont également mis fin à la mise en œuvre de la feuille  de route qui a été le substitut de la Constitution suspendue après la chute du régime de Marc Ravalomanana. Hery Rajaonarimampianina a été élu au second tour de ces Présidentielles avec 53,50% des voix contre son adversaire Jean-Louis Robinson qui était pourtant en tête lors du premier tour. Hery Rajaonarimampianina a été donc élu premier président de la Quatrième République.

Exécutif bicéphale. La Constitution de la Quatrième République consacre un Exécutif bicéphale, c’est à dire à deux têtes. Il y a le président de la République et le premier ministre, chef du gouvernement. Le président fraîchement élu a donc un premier ministre sur la base de  l’article 54 de la Loi fondamentale qui stipule : « Le président de la République nomme le premier ministre, présenté par un parti ou un groupe de partis majoritaire à l’Assemblée nationale ». Puisque ce groupe de partis majoritaire à l’Assemblée nationale a présenté le Dr Kolo Roger, le président a nommé ce dernier à Mahazoarivo. Celui qui s’est retiré des Présidentielles de 2013 pour donner sa place au candidat de substitution  Hery Rajaonarimampianina n’a pas duré à la tête du gouvernement. Le président de la République l’a remplacé par le Général Jean Ravelonarivo, qui a déposé vendredi dernier sa démission au chef de l’Etat.

Bicaméralisme.  Le second tour des Présidentielles a été jumelé avec les Législatives. 151 députés pour 191 districts ont été élus à l’issue de ce scrutin. Outre le vote des projets et des propositions des lois, les députés ont également le pouvoir d’engager la responsabilité du gouvernement à travers une motion de censure. Par ailleurs, l’article 54 de la Constitution leur permet d’agir sur l’Exécutif, car le président de la République nomme le premier ministre présenté par le parti ou le groupe de partis majoritaire à l’Assemblée nationale. Le parlement malgache n’est pas composé d’une seule Chambre appelée aussi Chambre Basse. Il y a également le Sénat ou la Chambre Haute qui vient d’être mis en place. On parle du Parlement bicaméral. Composé de 63 membres dont le tiers  est désigné par le président de la République, le Sénat représente les Collectivités Territoriales Décentralisées et conseille le gouvernement en matière économique et social. On dirait que le Sénat est la Chambre des Sages.

Gardien de la Constitution. Outre ces Institutions exécutives et législatives, il y a aussi d’autres Institutions prévues par la Constitution de la Quatrième République dont la Haute Cour Constitutionnelle, la Haute Cour de Justice, le Haut Conseil pour la Défense de la Démocratie et de l’Etat de Droit et le Conseil pour le Fampihavanana Malagasy ou CFM. Ces deux dernières ne sont pas encore constituées. La mise en place de la Haute Cour de Justice attend celle du Haut Conseil pour la Défense de la Démocratie et de l’Etat de Droit. Par contre, la Haute Cour Constitutionnelle qui est en quelque sorte le gardien de la Constitution, est déjà opérationnelle et ce malgré le fait que le Sénat n’ait pas encore élu son représentant.

Hery Rajaonarimampianina.
Hery Rajaonarimampianina.

Hery Rajaonarimampianina : président de la République

Selon la Constitution de la Quatrième République, c’est Hery Rajaonarimampianina en personne qui est une Institution en tant que président de la République. Il a été élu au suffrage universel direct. Il a été crédité de 55,53% des voix à l’issue du second tour des Présidentielles de 2013. Outre les pouvoirs qu’il partage avec le gouvernement en Conseil de gouvernement ou en conseil des Ministres, le président de la République a ses pouvoirs propres. Il les exerce sans le concours d’autres Institutions. Le président de la République est justiciable devant la Haute Cour de Justice pour les crimes commis dans l’exercice de ses fonctions. Son mandat est de cinq ans, une fois renouvelable.

RavelonarivoJean Ravelonarivo : Général qui a dirigé plusieurs entreprises

Jean Ravelonarivo, né le 17 avril 1959 à Sakadomo, dans la commune urbaine de Berevo à Madagascar, est un général et homme d’État malgache, Premier ministre depuis le 17 janvier 2015. Il a été contraint de démissionner le 8 avril 2016. Général de brigade aérienne depuis décembre 2014. Il a étudié à l’Institut national des sciences comptables et de l’administration d’entreprises (INSCAE) et est membre du Rotary Club. Jean Ravelonarivo a aussi fait carrière dans le monde de l’entreprise. Il a dirigé plusieurs entreprises dans le privé et le public, dont une société immobilière appartenant à l’État. Notons qu’il a fréquenté l’Ecole Supérieure de Pilotage de Kirovograd – URSS. Il est également diplômé de maîtrise en Droit Privé, université d’Antananarivo, BAC+5 en Gestion avec mention Bien, université d’Antananarivo.

Jean Eric Rakotoarisoa
Jean Eric Rakotoarisoa

Jean Eric Rakotoarisoa : président de la HCC

La Haute Cour Constitutionnelle (HCC) est composée de 9 membres dont le mandat est de sept ans non renouvelable. Trois de ses neuf membres ont été désignés par le président de la République dont son président Jean Eric Rakotoarisoa. Juriste constitutionnaliste, ce dernier enseigne également le Droit constitutionnel. Et il était vice-président de l’Université d’Antananarivo avant de débarquer à Ambohidahy. Il était également très actif dans le SeFaFi ou « Sehatra Fanarahamaso  ny Fiainam-pirenena ». Jean Eric Rakotoarisoa est le premier président non magistrat de la Haute Cour Constitutionnelle.

Honoré Rakotomanana.
Honoré Rakotomanana.

Honoré Rakotomanana : président du Sénat

Le Sénat est présidé par un sénateur désigné par le président de la République. Honoré Rakotomanana fait partie des 21 sénateurs du quota présidentiel. Pour l’actuel président de la Chambre Haute, ce n’est qu’un retour au bercail. Il a déjà occupé ce poste du temps de l’amiral Didier Ratsiraka. Eminent juriste, l’élection de Honoré Rakotomanana à la présidence du Sénat a été inattendue pour certains observateurs car l’homme n’est pas issu du parti au pouvoir. Visiblement, le choix du président de la République s’explique par la compétence de cet ancien président de la Haute Cour Constitutionnelle.

24-Jean-MaxRakotomamonjy Jean Max : A la tête de l’Assemblée nationale depuis deux ans

L’élection du nouveau président de l’Assemblée nationale, Jean Max Rakotomamonjy a été réalisée le 3 mai 2014. Une élection très attendue pour les membres de la Plate-forme pour la Majorité Présidentielle, crainte par ceux du MAPAR. 111 députés sur 151, dont six du Mapar, ont été présents à cette session extraordinaire. Un vote unanime pour Jean Max Rakotomamonjy, le seul candidat qui s’est présenté, un rejet total pour la majorité des membres du Mapar. Cette élection ressemble donc fort à une reprise en main de l’Assemblée nationale par le président malgache. Une élection précipitée, suite à la décision de la Haute Cour Constitutionnelle. Il est ainsi à la tête de cette Institution depuis bientôt deux ans.

Share This Post

One Comment - Write a Comment

  1. · Edit

    La multiplication des institutions stérilise totalement un programme présidentiel et permet à tous ces hauts fonctionnaires, de s’engraisser à des postes aux titres ronflants, mais dont la fonction n’est visible qu’à son degré de nuisance….ils faut bien justifier ses avantages… Disproportionnés en rapport du niveau de vie des autres citoyens…

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.