Promotion de la destination Madagascar : Partenariat Air France – ONTM pour 2017

Jacaranda
Signature de la lettre d'intention de partenariat entre Air France et l'ONTM en la présence du ministre du Tourisme, Roland Ratsiraka.
Signature de la lettre d’intention de partenariat entre Air France et l’ONTM en la présence du ministre du Tourisme, Roland Ratsiraka.

Une lettre d’intention de partenariat Air France/ONTM a été signée le 20 septembre dernier au stand Madagascar dans le cadre du salon IFTM TOP RESA qui se tient actuellement Porte de Versailles à Paris.

Les passagers du vol AF 935 du 19 septembre 2016 à destination de Paris Charles De Gaulle n’en croyaient pas leurs oreilles en entendant le commandant de bord leur souhaiter la bienvenue et un agréable voyage dans un malgache presque sans accent. Et ce, après le français et l’anglais d’usage. La touche « gasy » a été ensuite appuyée au niveau du service à bord avec de l' »Eau vive » parmi les boissons et du yaourt « made in Madagascar » au petit déjeuner. C’est comme si c’était un avant-goût de la lettre d’intention de partenariat qui allait être signée le lendemain entre l’Office National du Tourisme de Madagascar (ONTM) représenté par le Président du Conseil d’Administration (PCA) Joël Randriamandranto et Air France à travers le directeur général Océan Indien et Caraïbes, Henri Hourcade. Ce dernier de souligner que « cela fait longtemps qu’on travaille ensemble. On croit au développement de Madagascar qui a des potentialités touristiques très importantes« . Et d’ajouter toutefois qu' »il y a beaucoup de promotion à faire, ce à quoi l’ONTM s’y emploie« .

Reconquérir. Le représentant de la compagnie Air France a reconnu que « nous aussi, nous avons des efforts à faire en matière de desserte ». Pour cela, il compte sur la relance de la coopération avec Air Madagascar qui « est sortie de l’annexe B », tel qu’il l’a mentionné. Ce partenariat entre l’ONTM et Air France consiste en la promotion de la destination Madagascar en faisant venir dans la Grande Ile des tour operator et des journalistes français dont les billets d’avion seront sponsorisés par la compagnie aérienne française. « Madagascar souffre d’une mauvaise image« , a déploré le PCA de l’ONTM. En révélant au passage qu’ « en l’espace de 5 ans, on a perdu 20% du part de marché français ». Mais on est prêt à les reconquérir, a-t-il assuré, avec pour objectif de doubler la fréquentation touristique pour la saison 2018 en misant sur le nouveau « branding » qui a été présenté à l’occasion de ce salon TOP RESA.

Reprise. « On fera une approche affinitaire », a annoncé Joël Randriamandranto. En expliquant qu' »il ne s’agit pas de faire du tout venant mais d’avoir des cibles précis ». Avec comme secteurs prioritaires, entre autres, le trekking, le tourisme vert, le birdwatching… « Il y a 294 espèces d’oiseaux, 43 parcs nationaux, 6 espèces de baobab, 50 espèces de lémuriens à Madagascar », tel qu’il a été mentionné dans « Madagascar en vidéo » projeté lors de la conférence de presse d’hier où l’on a noté la présence de nombreux professionnels du tourisme et journalistes français. « On compte sur vous pour la relance de la destination Madagascar », a souhaité le ministre du Tourisme Roland Ratsiraka qui estime que « la Grande Ile est mal médiatisée ». Avant d’ajouter dans la foulée qu’ « on compte reprendre les 100 000 touristes français perdus ces dernières années ». Et ce, en solutionnant les problèmes et en levant les obstacles soulevés par les professionnels du secteur lors de la table ronde organisée dans le cadre de ce salon. Roland Ratsiraka de faire savoir que la lettre de politique de transport aérien sortira prochainement « pour une meilleure visibilité du secteur » qui est vital pour le développement du tourisme axé sur le « Madagascar Promotion Tour » qui était le « plat principal » lors de la soirée de gala à l' »Hôtel du Collectionneur » animée par Julien Lepers. Avec pour invités des membres de la diaspora malgache mais aussi des amis de Madagascar comme l’ancien ministre français du Tourisme Olivier Stirn, l’ancien ambassadeur de France à Madagascar, Jean-Marc Châtaigner; la représentante de la Banque mondiale… Etaient aussi de la partie, des personnalités comme l’ancien ministre des Transports Naivo Ramamonjisoa; l’ex-PCA d’Air Mad, Nirina Andriamanerasoa. Sans oublier l’actuel DG de la compagnie nationale Gilles Filiatreault et l’un de ses prédécesseurs, Maurice Rajaofetra. Sans oublier le DG d’Air France pour l’Océan Indien et les Caraïbes, Henri Hourcade. Un prémice de la reprise de la « reconstruction de la coopération entre les deux compagnies aériennes » pour relancer la destination Madagascar.

R. O

(Paris)

Le DG d’Air Madagascar avoue la gravité de la situation de la compagnie, mais croit encore en son redressement.
Le DG d’Air Madagascar avoue la gravité de la situation de la compagnie, mais croit encore en son redressement.

Air Madagascar : 49% des actions à vendre

Les dettes à court terme de la compagnie se chiffrent actuellement à 70 millions USD. Mais suite à l’avis de non objection du FMI, l’Etat a pu signer une garantie de prêt de 25 millions USD en faveur d’Air Madagascar.

Il ne s’agit pas d’une privatisation de la compagnie aérienne nationale. Le directeur général d’Air Madagascar, Gilles Filiatreault, l’a confirmé lors d’une conférence de presse organisée par l’ONTM en partenariat avec le ministère du Tourisme pour relancer la destination Madagascar dans le cadre du salon Top Resa qui se tient en ce moment à Paris. En fait, « le gouvernement a décidé de vendre jusqu’à hauteur de 49% des actions de la compagnie tandis que les 51% reviennent toujours à l’Etat pour pouvoir maintenir le contrôle de la gestion d’Air Madagascar en tant qu’actionnaire majoritaire. Un appel d’offres est déjà lancé pour sélectionner ce partenaire stratégique », a-t-il annoncé.

Partenaire stratégique. Et dans le cadre de ce processus d’ouverture de capital, « il y a également un appui de la Banque Mondiale qui vise à identifier un intervenant externe qui se charge d’évaluer la valeur d’Air Madagascar tout en sélectionnant le bon partenaire stratégique acquérant cette part de 49% des actions. A l’issue de cet appel d’offres, 13 à 14 groupes se sont manifestés. Certains veulent reprendre en totalité la compagnie aérienne nationale tandis que d’autres veulent avoir une partie des actions. Par contre, ce nouveau partenaire stratégique de la compagnie Air Madagascar sera connu en février 2017 », a-t-il poursuivi.

70 millions USD de dettes. Et toujours dans le cadre du redressement de la compagnie aérienne, « nous avons déjà réduit à 900 employés le nombre du personnel contre 1 300 employés en l’espace de neuf mois. Et depuis la sortie d’Air Madagascar de l’annexe B, nous avons pu économiser 5 millions USD en une année. En effet, le coût d’exploitation des deux Airbus était très cher. Il fallait payer 150 000 USD pour louer un appareil à chaque vol long courrier, et ce, depuis plus de quatre ans. Raison pour laquelle, la dette à court terme de la compagnie se chiffre actuellement aux environs de 70 millions USD », a évoqué le directeur général d’Air Madagascar. Il a également rajouté que la situation de la compagnie est grave mais que des mesures sont prises pour assurer son redressement et améliorer sa productivité. En fait, « à part la compression du personnel à hauteur de 30%, le gouvernement a reçu un avis de non objection du Fonds Monétaire International pour signer une garantie de prêt d’un montant de 25 millions USD au profit d’Air Madagascar », a conclu Gilles Filiatreault.

Navalona R.

Share This Post

One Comment - Write a Comment

  1. Relancer le tourisme à Mada!! Impossible : trop d’insécurité, l’ile aux BBq n’est plus fréquentable.

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.