Pâques à Antsirabe


Jacaranda

Période culte qu’est le week-end pascal à Antsirabe. « Autant dire vivre Pâques à Bira et mourir ! ». Cette fois-ci la fête était à son comble, petits et grands ont eu pour leur compte. D’ordinaire, si les grands partenaires tiennent à être présents pour faire de la capitale du Vakinankaratra , la ville du délassement. Les trois derniers jours de fête furent sans ambages marqués par le dynamisme de Comadis, concerts, animations et autres spectacles et comme summum les feux d’artifice n’ont fait que des heureux et beaucoup se souviendront de cette fête de Pâques à Bira de 2017 marquée par le sceau remarqué de la Rhumerie de l’Ile Rouge.

Jamais de l’histoire, la fête pascale dans la Ville d’Eau n’a connu un engouement pareil. Les organisateurs ont apporté chacun de leur côté leur touche personnelle mais le public est unanime à dire que les feux d’artifices projetés par la rhumerie de l’île rouge a été le clou du spectacle. Les milliers de gens ont été émerveillés puisqu’un tel divertissement ne se produise qu’une fois dans l’année, pendant la fête de l’indépendance. La représentation d’une demie heure a ravi petits et grands, les familles venues nombreuses de tous les coins de l’île pour fêter Pâques. Et ce n’est pas vraiment tout puisque cette année, l’organisation de Comadis a été digne d’un vrai festival. A l’intérieur de l’enceinte le Rêve, des milliers de gens ont été émerveillés par des artistes de renom tant locaux que nationaux ou internationaux  … et Rossy égal à lui-même en apothéose.

Les enfants surtout…

La fête n’est pas que pour les adultes. Les enfants aussi ont trouvé leur part de plaisir avec Clochette et compagnie.

 

« Dihan’i Mija » : çà marche partout !

Mija, celui qui a cartonné avec son « dihy » a encore une fois enchanté le public venu nombreux dans la capitale du Vakinankaratra.

 

 

 

 

 

Mafonja, roots à jamais

Mafonja a bien marqué son territoire, il reste le chouchou des Antsirabéens avec son « roots music »

 

 

Embouteillages habituels

A l’égal des autres années, les embouteillages habituels au rendez-vous. Mais cela n’a dérangé en rien les automobilistes avisés. Ils étaient en connaissance de cause. Paques à Antsirabe, c’est aussi çà ! 

 

 

 

 

Du cocktail à flots

Tex, le barman de la rhumerie de l’île rouge a toujours accroché plus d’un avec le mélange dont lui seul détient la formule.

 

Feux d’artifice presque comme les fêtes nationales

Une grande première sans nul doute. Des feux d’artifice ont été projeté durant la soirée de samedi. Et ce sont des produits pyrotechniques manipulés par des artificiers de l’armée qui ont été utilisés. C’était surtout le clou du spectacle puisque la projection pendant plus d’une demi-heure a émerveillé les millions de gens. Une oeuvre bien pensée par Comadis.

 

Rossy et son « tapôlaka »

Il a clôturé en beauté et de façon électrique la fête pascale. Rossy reste égale à lui-même pour faire vibrer le public et chauffer l’ambiance. Le froid hivernal n’a pas eu raison face au tapôlaka de l’artiste.

 

Karaoké

Antsirabe reste une source inépuisable de talents. Ses jeunes l’ont encore une fois confirmé durant le concours de karaoké organisé par Comadis.

 

 

 

 

 

Les églises investies par les chrétiens

Paques est avant tout une fête chrétienne. Il est tout à fait normal que les édifices religieux ont été remplis durant le dimanche pascal. Pour certaines églises, il a fallu plusieurs entrées pour que les fidèles puissent affirmer leur piété envers Dieu à l’occasion de Paques.

 

Monika Njava, cerise sur le gâteau

Accompagné du guitariste international Joël Rabesolo, Monika Njava a fait découvrir sa musique il faut dire hors-pair. Une chance pour les mélomanes de « la Palette ».

Dossier réalisé par D.R

Share This Post

Post Comment