Tennis – Election : Trois candidats pour un poste


Bmoi

Jacaranda

Ils sont trois à briguer la présidence de la Fédération malgache de tennis. Trois personnes qui veulent toutes apporter leur part de contribution dans le développement et la promotion de cette discipline. Nous allons présenter ce « trio » avec leur projet-programme et leur vision pour la petite balle jaune malgache. Ils sont trois, mais, il n’y aura qu’un seul président élu mardi 30 mai au Palais des Sports de Mahamasina.

 

Stéphane Rakotondrainibe s’entoure de passionnés.

Stéphane Rakotondrainibe

Il est le premier à avoir déclaré sa candidature. Stéphane Rakotondrainibe, ancien président de 2010 à 2012, a décidé de faire un come-back pour le mandat 2017-2021. Pour lui, le tennis, c’est un sport familial. Ayant accompli les objectifs fixés lors du premier mandat en seulement deux ans, Stéphane espère apporter un plus pour ce second mandat. Un résultat qui ne laisse personne indifférente entraînant la sollicitation de sa candidature. « Premièrement, j’ai été convaincu par des soutiens solides pour reprendre la présidence de la FMT. Deuxièmement, lorsque j’ai été élu en 2010 pour un demi-mandat, nous avons réalisé le programme préétabli en deux ans.  80% de nos efforts étaient concentrés sur l’effacement de la dette de plus de 50 000$. J’ai choisi les membres de mon équipe pour leur parcours sportif et leur apport sans faille au tennis malgache pour les uns, et pour leur parcours académique et compétences pour les autres», a-t-il expliqué. « Si je suis élu président de la Fédération, mon premier engagement sera  la mise en place d’une charte du tennis malagasy en deux mois ».

Centre fédéral. Comme la Grande Ile a un fort potentiel chez les jeunes, la formation des joueurs figure parmi le programme de l’équipe de Stéphane à travers la participation aux différentes compétitions régionales et continentales et à long terme aux Jeux Olympiques et sur le haut niveau professionnel. La formation des arbitres et des entraîneurs ne sera pas en reste. Un des handicaps du sport malgache est le manque de compétitions. Pour ce faire, multiplier et organiser des championnats dans toutes les catégories (enfants, adultes, masters) périodiquement ainsi que l’organisation des grands évènements n’est plus nouveau pour lui.  Encore peu présente au pays, la vulgarisation et la promotion de cette discipline seront priorisées. La construction du centre fédéral de tennis à Bevalala sera un des projets phares de l’équipe afin que les jeunes puissent s’impliquer davantage à travers le sport-étude. Ce programme chargé et bien fourni a été présenté aux ligues.

Les membres

Président d’honneur : Patrick Pisal Hamida.

 Président : Stéphane Victor Rakotondrainibe.

 Vice-président : Tiana Rasamimanana.

Secrétaire Général : Eddy Raharison.

Trésorier : Haja Razafimandimby.

Directeur technique national DTN : Dina Razafimahatratra.

DTN Adjoint: Ando Rasolomalala.

 Coach(s): Harivony Andrianafetra, Solofo Tiana Randrianaivo dit Rapool.

Arbitrage: Naina Razatovo.

Conseillers : Lucas Raoily, Haja Rajaonson, Vola Andriamanjatoarimanana.

 

Manan’Iala Andriamalala veut redorer le blason du tennis malgache.

Manan’Iala Andriamalala

Manan’Iala Andriamalala est le second candidat à la présidence de la FMT. Il est le directeur du système informatique de la CNaPS. Ambitieux, il veut apporter sa contribution dans le développement qui lui tient à cœur. Comme ses adversaires, Manan’Iala est un joueur de tennis, toujours en activité. Des arguments, Manan’Iala Andriamalala n’a pas à piocher loin pour en trouver. « Il suffirait de peu de choses pour que le tennis malgache retrouve des couleurs. Et premièrement d’avoir une véritable politique de développement s’appuyant sur des choses simples comme la mise en place d’un site web où chaque tennisman peut se retrouver avec les membres de la FMT, le budget de la fédération, ses sponsors, les arbitres, les techniciens, les règlements de compétition et surtout un calendrier pour qu’il n’y ait plus de chevauchement dans l’organisation des tournois. Le retour des stages d’entraîneurs de Level One dès cette année sitôt après les élections figure au programme », a-t-il indiqué.

Formations. Il est soutenu par la grande famille de la CNaPS avec en tête le DG, Arizaka Rabekoto Raoul, bien décidé à retrousser ses manches au nom de la Mutuelle de la CNaPS. La mise en place de deux nouvelles ligues par mois et la réhabilitation des infrastructures seront des projets phares de l’équipe. Le développement du tennis ne peut se faire que grâce aux sports-études, le seul gage pour espérer retrouver l’élite tout au moins africaine. Dans son équipe figure, Ravalitera, l’ancien DTN qui a un moment claqué la porte, écœuré comme il est par l’immobilisme de la Fédération, du moins lors des deux derniers mandats, avant de revenir, car il est conscient que Manan’Iala Andriamalala a de solides arguments pour réussir. Ravalitera, une figure illustre du tennis malgache a avancé lors de la présentation de la candidature de Manan’Iala que Harivony Andrianafetra qu’il a formé en 2004, est devenu champion en 2017. C’est dire qu’il y a beaucoup à faire pour redorer le blason de ce tennis malgache. Et sur ce chapitre, l’ancien responsable du développement du tennis à Madagascar qui a notamment participé à un stage de formation des formateurs en Afrique du Sud, veut tout reprendre depuis le début avec en filigrane la vulgarisation qui passe par le tennis à l’école, une formule qui avait permis d’enfanter quelques-uns de nos champions de ces dix dernières années.

 

Vincent Razafindratsimba mise sur la bonne gouvernance.

Vincent Razafindratsimba

C’est le dernier candidat. Il a déposé son dossier de candidature mercredi dernier. Une personnalité discrète, mais, est actif depuis très longtemps dans le monde du tennis malgache. « Après avoir constaté les irrégularités, le manque de transparence dans la gestion et les « maux » de notre discipline, j’ai décidé de me porter candidat à la présidence de la FMT », a-t-il expliqué. Cette candidature n’a pas été prise à la hâte mais préparé depuis environ un an et demi. Joueur de tennis et déjà champion de Madagascar des plus de 55 ans, ancien pratiquant de karaté et de handball, Vincent est un sportif, non seulement d’un dimanche. Ancien président du tennis club de Betongolo, il n’est plus nouveau dans la gestion d’une structure. « Mon tennis, ton tennis et notre tennis » tel est le slogan de l’équipe de Vincent Razafindratsimba.

Expérimentée. L’objectif de l’équipe est de rehausser la valeur du  tennis malgache par une gestion transparente, équitable et technique de la FMT. Pour ce faire, des principes de travail seront à adopter entre autres la bonne gouvernance, la transversalité, la transparence par une gestion claire pour le comité exécutif et pour les présidents des ligues), la culture de résultats, la redevabilité et mettre une ambiance de travail.  « En cas d’élection, le lendemain même, une société malgache est prête à nous donner un siège social. Un secrétariat permanent sera mis en place. A long terme, les ligues auront aussi leur propre bureau », a expliqué Vincent. Comme le tennis n’est pas encore bien vulgarisé au pays, la promotion de cette discipline à travers la constitution de nouvelles ligues sera au programme. Pour pouvoir réaliser tous ces projets, Vincent sera épaulé par ses équipes. Une équipe expérimentée et mature selon les dires du candidat, des critères indispensables dans la constitution de son équipe. Lors des descentes au niveau des ligues régionales, il était accompagné par les membres de son équipe. « Les débats étaient intenses. Les présidents des ligues étaient satisfaits des échanges et convaincus des projets-programmes », a-t-il conclu.

Les membres

Président : Vincent Razafindratsimba.

Vice-président : Simon Rakotondrainibe.

Secrétaire Général : Gilles Rakotobe.

Trésorière : Miora Randriamanantsoa.

Conseillers : Hery Andriamanana,  Laza Razanajatovo, Haja et Benja.

Share This Post

Laisser un commentaire