Courants marins : Découverte vitale faite par un doctorant malgache

Jacaranda
La recherche de Juliano Dani Heriniaina Ramanantsoa apparait dans “Sunday Times”, journal national sud-africain.

Il s’appelle Ramanantsoa Heriniaina Juliano Dani. C’est un natif de Toliara, qui a grandi dans ses eaux, et y a fait toutes ses études jusqu’au DEA. Il a continué ses études universitaires à l’Institut Halieutique et des Sciences Marines (IH.SM) qui lui a inculqué le goôt pour l’océan. Par la suite, il continue sur un Master 2, spécialisé sur la télédétection et risque naturels, affilié à l’Université de la Réunion dont il a pris une option orientée à l’observation de l’océan utilisant les satellites. Toujours poussé par l’ambition de vouloir entreprendre plus sur la connaissance de l’océan, il s’est inscrit à l’Université de Cape Town (South Africa) pour un Ph.D axé sur la dynamique de l’océan.

MIDI Madagasikara : « Qu’est-ce que vous avez découvert exactement ? C’est unique ? A quoi cela sert-il ? Quels en sont les avantages ? » 

Ramanantsoa Juliano : « J’ai découvert pour la première fois un courant côtier, nommé “South-west MAdagascar Coastal Current (SMACC)” coulant au Sud-Ouest de Madagascar. C’est un courant chaud de surface qui s’étend depuis Morombe jusqu’au Cap Sainte- Marie avec une profondeur moyenne de 150 m. Le plus important dans cette découverte est que le nouveau courant (SMACC) influence l’occurrence du système de la remontée d’eau froide (upwelling) qui favorise la productivité de l’océan au Sud de Madagascar. Ce nouveau courant a été perçu comme influençant également le grand courant des Aiguilles à  proximité de l’Afrique du Sud et qui peut affecter le climat mondial. »

M.M. : C’est unique ?

R.J. : Découvrir un courant marin au XXIe siècle est presque impossible.  D’après toutes les avancées technologiques que l’Humanité possède, il reste  une pièce de courant qui a échappé à tout le monde: le SMACC.

M.M. : Quelles en sont les conséquences ? 

R.J. : Premièrement, la carte de la circulation océanique mondiale va être  redéfinie avec l’inclusion de cette nouvelle information. Deuxièmement, la découverte de ce courant va contribuer à la compréhension de la variabilité de la circulation dans la région du Sud-Ouest de l’Océan Indien, et même mondialement.

Pour les conséquences plus locales, la connaissance du nouveau courant permettra également d’anticiper la productivité de l’océan au Sud de Madagascar, autour du Cap Sainte- Marie.

La connaissance du courant marin est  importante pour estimer et anticiper les effets du changement climatique (comme el Nino) qui pourrait frapper les eaux de Madagascar ainsi que les effets cascades sur les êtres qui y vivent.

La découverte de ce courant va également servir de base pour des éventuelles mises à jour du domaine “Marine Spatial Planning” ou future mise en place des “Marine Protected Areas” pour Madagascar.

Les énergies des courants marins.

M.M. : Pourquoi cette passion pour les courants marins ?

R.J. : Premièrement, j’ai l’océan qui coule dans mes veines …Sur l’immense surface de la Zone Economique Exclusive (ZEE) de Madagascar, nous possédons une connaissance très limitée de nos eaux. Les étrangers connaissent nos eaux mieux loin que nous-mêmes. J’avais identifié  ces lacunes dans l’étude de la circulation des eaux autour de Madagascar. Les études déjà entreprises auparavant étaient surtout axées sur la biologie marine, la conservation marine, la pêcherie ainsi que des études des écosystèmes marins. Néanmoins, la dynamique de circulation de l’océan est un important composant de base pour comprendre celle de ces autres domaines cités précédemment. Ayant eu une base sur chacune de ces domaines, j’ai décidé d’entreprendre une étude sur la dynamique de l’océan par  son incontournable importance.

M.M. : Quels sont les publications qui ont sorti cette découverte ?

R.J. : La description du courant a été publiée dans un “Per-Review-Article” sous un journal scientifique réputé “Geophysical Research Letters (GRL)” (https://doi.org/10.1002/2017GL075900). Le papier en question a été également sélectionné par un autre journal réputé “EOS” (plateforme qui sélectionne les “best paper”) en étant un des importants papiers sortis récemment.

Le résultat a fait un boom médiatique après que mon encadreur et moi-même avons accepté de faire une vidéo sur la description du résultat de la publication et d’expliquer l’effet global de cette découverte. Depuis la semaine dernière, on a accumulé des interviews médiatiques dans les plateformes radio, tv et surtout journaux. La plus grandiose de tous était mon apparition sur le “Sunday Time” (National journal-ecrit de l’Afrique du Sud, très réputé en SA et internationalement).

M.M. : Que faites-vous actuellement ? Sur le plan « études » et sur le plan professionnel ? 

R.J. : Actuellement, je suis aux termes de mon PhD ici à l’Université du Cape Town. Mes collaborateurs et moi-même prévoyons d’ouvrir un laboratoire d’océanographie physique pour Madagascar, pour que Madagascar puisse entreprendre les études de ses eaux, par lui-même, et tout en étant connecté et collaborer avec les pays voisins. Mon ambition est de promouvoir la capacité de publication des recherches en océanographie physique pour la recherche malgache, la seule et unique approche de se placer dans le rang international en terme de reconnaissance scientifique.

Il est aussi très important d’anticiper les effets du changement climatique qui frappent les eaux de Madagascar par le biais de l’implantation de ce laboratoire.

M.M. : Quid de la connaissance de votre sujet à Madagascar ?  

  1. J. : Je suis également un doctorant affilié l’Institut Halieutique et des Sciences Marines (IH.SM), et travaille étroitement avec le Centre National des Données Océanographiques (CNDO) sis à Toliara.

M.M. : Y a t-il beaucoup de gens qui sont dans cette filière ?

R.J. : Pour l’instant,  à ce que je sache, il y a encore très peu d’études sur l’océanographie physique qui a été entreprise à Madagascar, et s’il y en a, ce sera entrepris par des institutions étrangères.

Cette filière n’est pas très suivie car elle nécessite une connaissance avancée en dynamique de l’océan et également nécessite un ordinateur avec une puissance de calcul que peu de nos Universités possèdent. Néanmoins, l’Institut Halieutique et des Sciences Marines (IH.SM) prévoit déjà d’inclure cette filière dans son curricula.

Par Anny Andrianaivonirina

Share This Post

6 Comments - Write a Comment

  1. Mirary soa e!

  2. Oceanographie physique, nisy laboratoire na sampana iray tao amin’ny CNRO Nosy-Be asa raha mbola misy ao na efa najanona ny asa fikarohana nohon’ny tsy fisian’ny budget hanohizana recherche. I Rabenevanana Manway (??) koa tao Toliary « Institut Halieutique et des Sciences Marines (IH.SM)  » toa nijery an’io oceanography phisique io ihany taona 1980-1990 tany. Tsara ny manohy fikarohana mikasika ranomasina satria isika dia voahodidina. Io ranomasina io no mametra ny toetrandro be amin’ny fisian’ny orana sy maitany. Mety ny fiatraikan’io current hita io no mahatonga ny haitany any antsimo. Mbola ilaina halalinina tsara anefa izany fa tsy afaka hi topoteny fatratra. Raha ampitahaina dia ilay effet El-Nino isan-taona any Peru/Ecuador ranomasina pacifique no mametra ny toe-trandro any amerika avaratra hisian’ny orambe sy ny haitany mifandimby. Ny fikarohana toa itony no manampy ny fahalalana ny ranomasimbe eran-tany na hoe hanampy amin’ny fahalalana akapobeny ny ocean rehetra fotsiny aza.
    Mahazotoa fa mila olona toa anao i Madagasikara ry Juliano Dani Heriniaina Ramanantsoa.

  3. C’est une grande fierté pour notre pays.
    Heriniaina Ramanantsoa, continuez le plus loin possible. Quand bien même vos recherches sont au mondial, qu’elles soient aussi au bénéfice de notre nation; pour la seule raison que vous faites parties de la Nation Malagasy. Merci beaucoup te je vos souhaite du courage pour la suite!

  4. Superbe, vraiment et merci!!! mfa kera

  5. · Edit

    Mankasitraka e

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.