Projet conjoint du Japon et des Nations unies : 2, 095 millions de dollars pour près de 750 000 habitants du Grand Sud !



Jacaranda
La délégation du projet conjoint du système des Nations unies et financé par le Japon dans le Grand Sud. (Photo fournie)

Après El Nino et la sécheresse qui en résultait, le Japon et le système des Nations  unies ont mis en œuvre un projet conjoint axé sur l’agriculture, l’eau, l’hygiène et l’assainissement, la santé et le système d’alerte précoce. A un mois de la fin de ce projet, la satisfaction est au rendez-vous.

Le Grand Sud ou la Région Androy – qui regroupe les districts de Bekily, de Beloha, de Tsihombe et d’Ambovombe – est la zone qui subit les effets du changement climatique et les catastrophes naturelles. En 2016, Madagascar faisait face au phénomène El Nino qui a accentué la sécheresse généralement dans toute l’île et particulièrement dans le Sud. El Nino a été suffisamment néfaste pour Madagascar que ce soit sur le plan humanitaire, infrastructurel, ou social. Après des appels au secours lancés par le gouvernement malgache à l’endroit de la communauté internationale à cette époque, le Japon a répondu positivement et a mis en œuvre, avec le système des Nations  unies, le projet conjoint démarré en mars 2017 et qui sera achevé en septembre 2018. Ce projet intervient principalement dans le Grand Sud. A un mois de la fin du projet conjoint, une visite des lieux a été effectuée le 11 août à Tsihombe et à Ambovombe par l’Ambassadeur du Japon à Madagascar, Ichiro Ogasawara, la coordinatrice du système des Nations unies à Madagascar, Violette Kakyomya, le ministre de l’Économie et du Plan, Napetoke Marcel, la directrice régionale de l’UNFPA (Fonds des Nations unies pour la Population) Julitta Onabanjo, les représentants du BNGRC (Bureau National de Gestion des Risques et des Catastrophes) et bien évidemment, les autorités locales de la Région d’Androy.

Résultats positifs. Après la visite dans les poussières d’Ambovombe et de Tsihombe, l’ambassadeur du Japon n’a pas manqué d’exprimer sa satisfaction par rapport aux résultats produits dans la mesure où les 2, 095 millions de dollars que le gouvernement japonais a alloués pour le financement de ce projet conjoint ont porté ses fruits. En effet, avec ce fonds japonais et la coordination ainsi que l’implication du système des Nations unies, 7 500 ménages profitent de la construction de cinq systèmes d’adduction d’eau ; l’accès à l’eau potable étant un grand problème dans le Sud. Par ailleurs, 2 800 personnes ont pu investir grâce à la réalisation d’activités contre travail et épargne. C’est le cas de la réhabilitation de la route de 12 kilomètres reliant les Communes d’Ambonaivo et d’Ambondro par les habitants de ces communes en 60 jours. A l’issue des travaux, les 800 personnes issues des deux communes ont reçu chacune 192 000 Ariary ; suffisant pour effectuer des activités commerciales et de l’épargne. Mais en totalité et dans le cadre du projet conjoint, 90 kilomètres ont été réhabilités. Sur le plan de la sécurité alimentaire, 7 500 ménages ont bénéficié d’activités de relance agricole et de formations sur les itinéraires techniques. Enfin, sur le plan sanitaire, le projet conjoint a pu aboutir à la réhabilitation et à la fourniture de matériels d’équipements pour la maternité et le bloc opératoire des centres hospitaliers d’Ambovombe et de Beloha, des centres qui prennent en charge des femmes victimes de fistule obstétricale.

Identifications. Néanmoins, l’ambassadeur du Japon a fait savoir que « nonobstant ces évolutions positives, le grand Sud de Madagascar demeure exposé aux effets du changement climatique ». En d’autres termes, des efforts restent à fournir. « Il faut noter que ce projet conjoint n’est pas le seul que nous réalisons à Madagascar. Mais en ce qui concerne le Grand Sud, et même avant la fin de ce projet conjoint, nous allons identifier d’autres problèmes, consulter avec le système des Nations  unies et les autorités malgaches afin d’élaborer un nouveau plan », a souligné Ichiro Ogasawara. Notons que cette visite de la délégation du projet conjoint a été clôturée par la célébration de la Journée Internationale de la Jeunesse, hier à Ambovombe avec les autorités étatiques dont, entre autres, les deux chefs de l’Exécutif et les membres du gouvernement. Des séries d’inaugurations ont eu lieu à cette occasion.

AinaBovel

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.