Le Nord de Madagascar : 29 mars 1947,  une insurrection tuée dans l’œuf

Jacaranda

Depuis le  mois de décembre 1946, une révolte  a été organisée  dans le nord de l’île. L’objectif était de  libérer Madagascar sous la domination  française.   Mais, elle est rapidement contrôlée par les autorités locales.   Par conséquent, bon nombre de nationalistes de la région se sont fait arrêter. Cette répression ne décourage pas les autres, ils prennent le relais et déclenchent une autre insurrection.

Comme toutes les villes de Madagascar, un soulèvement a été  prévu le 29 mars 1947  dans le Nord de l’île. Des informations ont circulé dès le 24 mars par les membres de la société secrète « Jina »  dirigée par Joël Sylvain à Diégo-Suarez et ses environs. Malgré les préparations de ces  militants, l’insurrection a été  avortée.

Un  plan d’attaque timidement organisé. Les membres du « Jina » ont élaboré un  plan d’attaque dont 9 zones stratégiques de la ville d’Antsiranana sont concernées : pyrotechnique ; Sakaramy ; Joffre-ville ; Oreangea ; camps Mehouas ; Andranobozaka, Marine Nationale ; direction d’artillerie, Lazaret. En fait, ces zones sont les  garnisons françaises dans la région

Chaque secteur est dirigé par des anciens militaires malgaches comme le sergent Maporisa, le sergent-chef Randevo, l’adjudant Bola, le caporal  Eugène Jaotombo, le sergent Danisaona et  le Sergent-chef Théodore Rabe.

Selon le plan, vers 22h rassemblement de 1500 participants vers la route d’Anivorano. Ensuite  ils pilleront  le  magasin d’armes de Lazaret (un quartier à Diégo-Suarez) vers 23h. Après, les insurgés se donneront  rendez-vous au  Stade Municipal pour distribuer les armes. En cas de succès, le comité directeur doit lancer un appel à la radio pour annoncer la prise de la ville et proclame l’indépendance.

Vers 23h, rassemblement des environs d’Antsahasifotra (Nord-Est de la Montagne d’Ambre) de 300 hommes armés de sagaies. Puis, ils vont piller les magasins d’armes de Sakaramy et de Joffre-Ville.

Prison de Nosy-Be Hell-Ville( credit photo : archive de Nosy be)

Une difficulté de réalisation. Les insurgés se heurtent à des  difficultés.  La présence des chefs de canton fidèles à la France les  empêche  à accomplir leur mission. D’autant plus,  à Diégo-Suarez, au point de rassemblement il n’y avait que 50 hommes sur les 1.000 prévus. Cela jette automatiquement un certain froid et de découragement.  Ainsi, une vingtaine d’hommes  profitent de renoncer à l’attaque. Alors,  les trente  courageux  tentent d’aller jusqu’au bout. Sous la direction de l’adjudant Lekolony et de Raminarisoa, ils se dirigent vers Lazaret.  La nuit du 28 mars, alors que,  les officiers Français dorment profondément, le caporal- chef  Michel Rakotozafy rassemble les tirailleurs et leur font prendre des armes.  Au fur et à mesure que les tirailleurs étaient armés, ils sont envoyés vers la brousse voisine où les attendent Lekony et Raminoarisoa. Pourtant, le Sergent de garde comorien Soilihi Mbae est  veille et entend le bruit. Il  alerte les militaires français.

La répression française

MDRM, spectateur impuissant. Face à cette situation,  les membres du MDRM de Diégo-Suarez semblent des spectateurs impuissants. La plupart d’entre eux  ont déclaré  qu’ils n’étaient pas au courant de ce plan d’attaque.  D’ailleurs, ils qualifient l’initiative  d’  acte de vandalisme.  La section du  MDRM d’Antsiranana  ne veut pas semer des désordres dans la ville.

Contrairement à la société secrète « Jina » dont les membres sont plus agressifs,  une hésitation  s’installe de la part des leaders du MDRM.  La « Jina »  était plus en action que ceux des membres du MDRM. Convaincu que l’indépendance ne serait  octroyée que par la force, les membres de  « Jina »  de la région du nord de Madagascar  ont  suivi  à la lettre les indications de leur leader. Or, cette société secrète n’est pas  trop appréciée par certains membres du MDRM. Même si, la plupart  des militants de « Jina » sont membres de la CGT, un syndicat entièrement imprégné  du nationalisme, et ravitaillé  par le MDRM durant la campagne des élections de 1945-1946, les partisans de  ce  parti politique ne participent pas à l’élaboration du plan d’attaque préparé par les membres de la « Jina ».

Traumatisés par l’échec de l’insurrection, troublés par les arrestations, désavoués par leurs élites, les militants de  « Jina » pensent que les membres du MDRM collaborent avec  les Français. Leurs aînés l’ont désavoué.

Iss Heridiny 

Share This Post

3 Comments - Write a Comment

  1. vérifiez sur les images d’époque ;; Apres la fin de la rébellion de 1947 ,il y eu à Tana comme un défilé de la victoire ; une énorme foule malgache était dans la rue pour applaudir le défilé des sénégal ,goumiers ,tirailleurs …

  2. les memes qui n’ont pas su organiser la rebellion n’ont pas su plus tard faire de l’Indépendance une réussite.Ils ont rangé le pays parmi les plus pauvres du monde. Aujourd’hui il y a plus de dahalo qu’il y eut de véritables fahavalo

  3. · Edit

    1947…Madagscar compte 4 millions de malgaches pour 35000 vazaha… soit un vazaha pour 100 malgaches…si le colon avait été si mauvais, ils auraient été broyés… Joseph Raseta voulait simplement le pays pour lui…mais il avait les yeux plus grands que le ventre

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.