21 août – Journée Internationale du souvenir en hommage aux victimes du terrorisme

Jacaranda

Au cours de son histoire, le monde a connu d’innombrables attentats terroristes. Les partisans de la terreur ont même été au centre de toutes les discussions à un moment donné, surtout en occident. Les attentats du 11 septembre, les attaques dans le métro de Londres, les tirs sur la foule au Bataclan lors du concert du groupe de rock Eagles of Death Metal, les attentats de Barcelone ou encore les nombreuses victimes en Syrie et en Irak ces dernières années sont autant d’événements qui ont bouleversé la planète.

Dernièrement, les attentats terroristes se sont relativement calmés même si le monde reste en état d’alerte. Puis pour Madagascar et le terrorisme, fort heureusement, le pays n’a pas encore connu des attentats terroristes jusque-là. Mais quoi qu’il en soit, les Nations Unies ont adopté le jour du 21 août comme étant la journée internationale du souvenir en hommage aux victimes du terrorisme.  Et cette deuxième commémoration portera sur la résilience des victimes et de leurs familles.

La plus récente attaque terroriste

Il y a quelques jours,  un des attentats kamikazes les plus meurtriers perpétrés à Kaboul a fait 63 morts et plus de 182 blessés. L’explosion se serait produite vers 23 heures le samedi 17 août alors que les 1000 personnes présentes à la cérémonie de mariage étaient en train de danser. Et bien évidemment, Daesh comme d’habitude a revendiqué cet attentat dès le lendemain, c’est-à-dire le dimanche 18 août. Un événement bien triste puisque ce sont des civiles qui ont péri lors de cet attentat kamikaze, des enfants et des femmes font partie des victimes.

Tentative de définition du « terrorisme »

Selon la définition habituelle et populaire, le terrorisme est l’emploi de la terreur à des fins politiques, religieuses ou idéologiques. C’est en 1794 que le mot a été attesté pour la première fois pour désigner la doctrine des partisans de la terreur du pouvoir qui menait une lutte violente contre les contre-révolutionnaires de l’époque. Mais le mot a bien évolué depuis et ne désigne plus une action de l’Etat mais une action contre ce dernier. En 2004, le groupe de personnalités de haut niveau et le Secrétaire général de l’ONU qualifient d’acte terroriste « tout acte commis dans l’intention de causer la mort ou des blessures graves à des civils ou à des non-combattants, qui a pour objet par sa nature ou son contexte, d’intimider une population ou de contraindre un gouvernement ou une organisation internationale à accomplir un acte ou à s’abstenir de le faire ». Toutefois, malgré toutes ses tentatives, trouver une définition universelle du terrorisme reste encore très complexe.

Les victimes du terrorisme

Le plus souvent, les actes terroristes font de malheureuses victimes. Des personnes qui ont de la famille, des proches, des compatriotes et qui ont leurs vies changées à tout jamais. Le Secrétaire général de l’ONU actuel, Antonio Guterres a donc exprimé la demande suivante en cette journée internationale du souvenir en hommage aux victimes du terrorisme : « Je demande que nous pensions tous aux vies qui ont été changées pour toujours à cause du terrorisme. Engageons-nous à montrer aux victimes qu’elles ne sont pas seules, et que la communauté internationale leur exprime sa solidarité, où qu’elles se trouvent. Dans leur appel à l’apaisement et à la justice, elles s’expriment au nom de chacun et de chacune de nous. ». Sur son site, les Nations Unies mentionnent que les victimes du terrorisme doivent trop souvent lutter pour faire entendre leur voix, obtenir une assistance et faire respecter leurs droits, qu’elles se sentent oubliées et négligées une fois que les conséquences immédiates d’une attaque terroriste s’estompent, ce qui peut aggraver leur traumatisme. Mais encore, le cas de certains Etats membres qui ne disposent pas des ressources et des capacités nécessaires pour répondre aux besoins des victimes est également évoqué dans l’article sur le site des Nations Unies.

Le nombre de victimes du terrorisme

D’après les chiffres recueillis, il semblerait que trois victimes du terrorisme sur quatre seraient syriennes, irakiennes ou nigérianes. Ce qui tombe sous le sens quand on sait que 78 % des actes terroristes commis  en 2014 ont eu lieu en Irak, en Afghanistan, au Nigéria, au Pakistan et en Syrie. Seulement 0.5% des victimes du terrorisme dans le monde proviennent des actes perpétrés dans les pays occidentaux.

Ces dernières années, le nombre de victimes du terrorisme dans le monde a diminué. En 2017 par exemple, le nombre de victimes de terrorisme  a chuté de 27 % par rapport à 2016 d’après le rapport du Global Terrorism Index. Cependant, les attaques terroristes continuent dans les pays en guerre comme la Syrie ou l’Afghanistan et font encore de nombreuses victimes.

Anja RANDRIAMAHEFA

Share This Post

2 Comments - Write a Comment

  1. Miiince ! Ca tombe à pic à la date de mon anniversaire !!!!

  2. De quel terrorisme parle-t-on ? La cause ou l’effet ?

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.