Langue : Les enfants apprennent mieux dans leur langue maternelle

A l’échelle mondiale, on estime qu’entre 50 et 75 millions d’enfants « marginalisés » ne sont pas scolarisés. Lorsque la langue d’enseignement à l’école n’est pas la première langue parlée par les enfants, le risque de déscolarisation ou d’échec dans les petites classes est plus élevé.

Des études ont montré que l’on obtient de meilleurs résultats en primaire lorsque la langue d’enseignement est la langue maternelle des apprenants. Or, malgré les multiples preuves en ce sens et la demande des parents, de nombreux systèmes éducatifs dans le monde continuent d’imposer l’usage exclusif d’une, ou parfois de plusieurs langues privilégiées, excluant de ce fait les autres langues, et avec elles les enfants qui les parlent (Arnold, Bartlett, Gowani et Merali, 2006).

Les risques de l’enseignement dans une langue étrangère

Les enjeux ne sont pas difficiles à comprendre parce que l’école ne parle pas leur langue, les parents n’y inscrivent pas leurs enfants, les enfants ne réussissent pas à exécuter correctement les exercices, les enseignants se sentent impuissants face à l’incapacité des enfants à participer, les enfants connaissent l’échec dès les petites classes, etc. Néanmoins, certains enfants réussissent, parfois avec l’aide d’un programme de transition linguistique qui les aide à apprendre la langue d’enseignement. Cette réussite peut toutefois avoir des effets négatifs quand, à cause de l’enseignement dans la langue dominante, les enfants n’acquièrent pas la maîtrise de la langue de leur famille et de leur entourage, et perdent ainsi le contact avec leur propre héritage culturel. Il est vrai que certains enfants continuent à développer la maîtrise de leur langue première, tout en réussissant à suivre une scolarité dans une seconde langue, mais ce n’est pas automatique. Les enfants se retrouvent alors peu à peu incapables de communiquer avec leurs parents et leurs grands-parents au-delà des situations élémentaires du quotidien, et il s’ensuit une déperdition rapide de langues et dialectes qui sont les dépositaires de savoirs culturels.

Préserver les langues maternelles

De nombreux groupes linguistiques élèvent leur voix pour souligner la nécessité de veiller à ce que les plus jeunes membres de leurs communautés conservent leur héritage linguistique. Dans certains pays, aux Philippines par exemple, les pouvoirs publics ont récemment mis en place une politique linguistique de l’enseignement tenant compte des langues maternelles. L’UNESCO (2008b) a publié un recueil d’exemples qui atteste de l’intérêt croissant porté à cette question et qui expose la grande variété des modèles, outils et ressources qui sont expérimentés pour favoriser les programmes d’enseignement en langue maternelle.

Les enfants apprennent mieux dans leur langue maternelle

L’organisation souligne les avantages d’un enseignement en langue maternelle dès le plus jeune âge : les enfants sont ainsi plus nombreux à fréquenter l’école et à y obtenir de bons résultats (Kosonen, 2005) ; les parents ont plus de facilité à communiquer avec les enseignants et à accompagner leurs enfants dans leurs devoirs (Benson, 2002) ; les filles et les enfants des zones rurales qui ont moins de contact avec les langues dominantes poursuivent leurs études plus longtemps et ont moins tendance à redoubler (Hovens, 2002 ; UNESCO Bangkok, 2005) ; dans un environnement d’enseignement multilingue, les enfants ont tendance à acquérir de meilleures aptitudes à la réflexion que dans un environnement monolingue (cf. par exemple Bialystok, 2001 ; Cummins, 2000 ; King et Mackey, 2007).

 

Certains éducateurs estiment même que les pays dans lesquels les élèves reçoivent un enseignement dans leur langue maternelle sont les seuls à avoir une chance d’atteindre les objectifs de l’Éducation pour tous. De même, des recherches ont démontré l’efficacité du modèle d’enseignement multilingue fondé sur la langue maternelle pour les enfants marginalisés (Benson et Kosonen, 2013 ; Yiakoumetti, 2012). Nous commençons à obtenir des réponses à certaines questions essentielles. Quelles sont les conditions qui garantissent l’efficacité d’une méthode alliant enseignement dans la langue maternelle et enseignement multilingue, en permettant aux enfants d’acquérir à la fois la maîtrise de la langue parlée à la maison et les bases de l’apprentissage d’autres langues ? Quels sont les coûts et les avantages associés aux méthodes d’enseignement alternatives au niveau de l’individu, de la famille, de la collectivité, de l’établissement scolaire, de la région, de la nation ? Comment mesurer ces coûts et avantages d’une manière à la fois sensée et efficace ? Quelles sont les implications de la méthode d’enseignement multilingue fondée sur la langue maternelle en matière de recrutement, formation et encadrement des enseignants et des auxiliaires d’enseignement, ainsi que sur le plan de l’élaboration et de l’évaluation des programmes ? En quoi les familles et les communautés contribuent-elles, de manière formelle ou informelle, à ce type d’enseignement, et comment mesurer cette contribution ?

Nécessité d’approfondir les recherches

Il est nécessaire d’investir dans un programme coordonné de recherche afin de répondre à ces questions et d’acquérir les connaissances qui permettront de prendre au niveau national des décisions éclairées sur la politique linguistique à mener dans l’éducation, la formation des enseignants et les méthodes à appliquer localement. Il convient de poursuivre les recherches sur les méthodes à mettre en œuvre au cours des premières années de la vie afin de préparer les enfants — avant même leur entrée à l’école — à l’utilisation de plusieurs langues au cycle primaire. Il faut aussi se pencher sur la question des objectifs essentiels à atteindre et des moyens de les mesurer dans différents environnements d’enseignement et d’apprentissage, et analyser les conséquences d’un enseignement multilingue sur l’évaluation de l’efficacité pédagogique : comment celle-ci doit-elle prendre en compte la spécificité du rythme d’acquisition des compétences dans les apprentissages clés (lecture, écriture, calcul et résolution de problèmes) lorsque les enfants manient plusieurs langues d’apprentissage ?

Les recherches font également défaut en ce qui concerne les méthodes de transition à adopter pour aider efficacement les enfants ayant suivi un enseignement primaire dans leur langue maternelle à aborder le cursus secondaire dans une langue dominante. Les membres de la famille jouent un rôle important en tant que « premiers enseignants » ; aussi la recherche doit-elle se pencher sur les rôles respectifs de l’éducation officielle, de l’éducation informelle et de l’interaction familiale dans la promotion des apprentissages dans la langue maternelle (pour la lecture, l’écriture, le calcul et les capacités cognitives d’un plus haut niveau).

Afin d’assurer l’efficacité d’un enseignement multilingue fondé sur la langue maternelle, il convient d’impliquer dans le système éducatif officiel ceux qui, dans la communauté, disposent de compétences en plusieurs langues et de former des enseignants ayant des capacités linguistiques et des niveaux d’études divers. Enfin, au fur et à mesure de l’évolution des connaissances, nous devons mieux diffuser les conclusions des recherches afin d’en informer les praticiens, les responsables politiques et les bailleurs de fonds et de leur faire prendre conscience du formidable potentiel que recèle l’enseignement multilingue fondé sur la langue maternelle pour la réalisation des objectifs de l’Éducation pour tous.

Recueillis par Maminirina Rado

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

8 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. Je suis professeur de francais en Roumanie,un pays ou l’on parle une langue maternelle romanique,apparente a la langue francais. A la campagne les enfants ont des grandes difficultes a apprendre la langue francaise. Ca depende. de leur IQ. Je crois que ce serait mieux que les eleves apprennent a lire et a ecrire dans leur langue maternelle. Seulement les meilleurs eleves seront probablement capables de poursuivre l’ecole en francaise.

  2. on en pense, rêve et philosophe que dans sa langue vernaculaire…. l’apprentissage d’une langue étrangère ne remplace jamais l’importance de sa langue d’usage….

  3. Rappelons a ces gens la que le Français et l’anglais sont des Langues OFFICIELLES a Madagascar !
    Ces gens ignorent les lois ? Ils me semblent bien ignorant …
    Continuons a enseigner en Français et en Anglais pour l’avenir de nos enfants

  4. Eh ben ! Vous allez encore enfermer et isoler les futurs malagasys avec de pareilles idées ! Moi je vous dis que la petite enfance est une période A NE PAS LOUPER, c’est là où l’apprentissage de plusieurs langues est facile et durablement appris ; à la Réunion on parle français en cours, créole à la récré et à la maison, et tout le monde se porte bien, et est capable à partir du 2dre de bien suivre et de faire ensuite des études supérieures par de- là la mer, car le français est une LANGUE INTERNATIONALE §

  5. Bonjour,
    Si j’ai bien compris, on parle ici de l’apprentissage en général mais pas seulement celui des langues étrangères. Je suis tout à fait d’accord que ces dernières sont très importantes sauf que les enfants peuvent les apprendre comme les autres matières mais pas en tant que langue d’enseignement.

    C’est vrai que c’est difficile d’en arriver là mais il faut essayer.

    Merci.

  6. Bonjour Mr Forent,
    il y a peut-être du vrai dans votre point de vue, les langues de pays avancés sont fort utiles, pour ne pas s’isoler ou se replier sur soi-même, cependant, ce que l’on cherche doit être autre chose que ce que nous vivons ( ou subissons) déjà ici à Madagascar, si on voudrait qu’un jour on sorte vraiment de notre gouffre.
    Le rêve n’est pas interdit mais il faudrait alors qu’on ait des dirigeants de comprendre que ceci n’est possible que si nous arriverons à avoir un jour, tous les outils nécessaires ( matériellement et humainement) et capables de les mettre en oeuvre, (correctement et non à peu-près) de la maternelle aux cycles les plus hauts.
    Et c’est le véritable ENJEU et DEFI à relever avant de rêver à autre chose. Toute une mentalité à changer!..
    Sinon on continuerait comme actuellement, le peuple restera un gros ignorant, sans plus, ceux qui ont les moyens garderont leur privilège..

  7. Nisy fotoana efa novaina tamin’ny teny Malagasy iray manontolo ny fampianarana teto Madagasikara, fa maro ireo dikan-teny nataon’ny akademia Malagasy no tena sarotra azo mihoatra lavitra ny teny frantsay, indrindra eo amin’ny Maths sy Physique sy Chimie. Ka raha tsy ireo dikan-teny ireo no ovaina atao mifanakaiky amin’ny fiteny faheno andavanandro, aleoko ihany mampiasa teny vahiny indrindra amin’ireo taranja 3 ireo

  8. Bonjour,

    Je ne suis pas chercheur mais juste un enseignement en langues. Je suis tout à fait d’accord sur le fait de passer à une langue étrangère par le biais de sa langue première peut être bénéfique au développement psychologique de l’enfant qui sera le citoyen responsable de demain.
    Prenons le cas de l’apprentissage de l’anglais. De mon temps, on apprenait l’anglais en s’aidant du français, aussi bien pour la grammaire que le vocabulaire. Deux langues étrangères, deux univers différents. Donc, il fallait être bon en français pour comprendre la grammaire et le vocabulaire anglais sinon, on perdait sur les deux tableaux.
    Ma question est: est-ce que le petit chinois, le petit coréen, le petit allemand ou le petit italien apprend l’anglais en utilisant le français comme langue de référence ? Bien sûr que non.
    On peut peut-être travailler sur ce point.

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.